Dans cette vidéo, je vous pré­sente cinq plats typiques de la cui­sine qué­bé­coise.

Cli­quez ici pour obte­nir le livre de recettes gra­tuit !

Click here to receive the free recipe ebook !

Transcription

Avez-vous trou­vé les der­nières vidéos « Qué­bé­cois 101 » un peu dif­fi­ciles ? Aujourd’­hui, on prend une petite pause ! Au lieu de vous par­ler de la gram­maire, du voca­bu­laire ou de la pro­non­cia­tion, je vais vous par­ler de bouffe, de nour­ri­ture.

La cui­sine qué­bé­coise et cana­dienne-fran­çaise est pleine de plats uniques et déli­cieux. Aujourd’­hui, je vous en pré­sente cinq ! À la fin de cette vidéo, vous aurez peut-être la réponse à une ques­tion bien qué­bé­coise : Kes­sé qu’on mange pour sou­per ?

Bien­ve­nue à « Qué­bé­cois 101 », une série de vidéos pour vous aider à mieux com­prendre le fran­çais qué­bé­cois. Même si cette vidéo parle de bouffe, mon but est le même. En effet, la meilleure manière d’ap­prendre une langue, c’est d’é­cou­ter du conte­nu inté­res­sant et facile à com­prendre. D’ailleurs, dans cette vidéo, je vais uti­li­ser quelques mots typiques du fran­çais qué­bé­cois. Ces mots vont appa­raître en bleu dans les sous-titres. Si vous com­pre­nez pas un de ces mots, vous pou­vez aller voir l’ex­pli­ca­tion dans la des­crip­tion de la vidéo.

Si vous aimez cette vidéo, cli­quez sur « j’aime » et abon­nez-vous ! Vous pou­vez aus­si visi­ter ma page Patreon pour plus de conte­nu en fran­çais plus facile à com­prendre et avec les sous-titres fran­çais et anglais.

Aujourd’­hui, je vais vous par­ler de cinq plats très typiques de la cui­sine qué­bé­coise et cana­dienne-fran­çaise. Presque tous les Qué­bé­cois qui ont gran­di au Qué­bec ont man­gé ces plats quand ils étaient petits. Si vous vou­lez essayer de les pré­pa­rer vous-mêmes, on vous a même fait un petit livre de recettes ! Pour obte­nir le livre de recettes en for­mat PDF, allez sur mon site inter­net, le lien est dans la des­crip­tion de la vidéo, et abon­nez-vous à l’in­fo­lettre. C’est les recettes de Céline, la maman de mon chum Daniel, donc des vraies recettes d’une vraie maman qué­bé­coise ! Toutes les recettes sont dis­po­nibles en fran­çais et en anglais, alors vous pou­vez pra­ti­quer votre fran­çais même en cui­si­nant !

La cui­sine qué­bé­coise

À quoi vous pen­sez, si je dis : « cui­sine qué­bé­coise » ? Vous pen­sez peut-être à la pou­tine, mais en fait, je vais même pas vous par­ler de la pou­tine aujourd’­hui ! C’est bon, la pou­tine, mais il y a presque per­sonne qui mange ça à la mai­son. C’est du « fast food » et on mange ça sur­tout au res­to ou dans un casse-croûte. En plus, ça a été inven­té dans les années 50, donc c’est pas si vieux que ça, c’est pas vrai­ment tra­di­tion­nel.

La vraie cui­sine qué­bé­coise, on la mange très rare­ment au res­tau­rant. C’est une cui­sine de tous les jours, c’est la cui­sine de la classe ouvrière, et c’est pré­pa­ré avec des ingré­dients qui coûtent pas cher.

C’est pour ça que vous allez voir du bœuf haché pis des patates par­tout ! C’est pas cher, du bœuf haché, pis c’est pas cher, des patates !

Pour les végé­ta­riens, je suis déso­lée ! Ces plats contiennent presque tous de la viande… C’é­tait comme ça à l’é­poque !

Mon chum aime racon­ter une « joke », une blague, pour expli­quer à quel point il était tan­né de man­ger des patates, quand il était petit, parce que ça vient plate, tou­jours man­ger la même chose.

- Môman ? Kes­sé qu’on mange pour sou­per ?
- De la m— pis des patates.
- Ah non ! Pas encore des patates !

Aujourd’­hui, les Qué­bé­cois sont très atta­chés à ces plats tra­di­tion­nels. Mais comme on a presque tous gran­di avec ces plats-là à la mai­son, on ima­gine pas d’al­ler les man­ger au res­tau­rant. Les res­tau­rants qui servent les plats tra­di­tion­nels qué­bé­cois sont très rares, et c’est géné­ra­le­ment pour les tou­ristes. C’est des plats sans pré­ten­tion, mais avec beau­coup de saveur. Un peu comme le fran­çais qué­bé­cois !

Le pâté chi­nois

Pas le choix, il faut que je com­mence avec le plus qué­bé­cois des plats, le pâté chi­nois ! Le pâté chi­nois, ça res­semble un peu au « she­pherd’s pie » anglais ou au hachis par­men­tier fran­çais. Mais c’est très typique du Qué­bec, même plus que la pou­tine. Le pâté chi­nois a d’ailleurs été décla­ré le plat natio­nal du Qué­bec en 2007 !

C’est un plat cuit au four et avec trois étages : « steak », blé d’Inde, patates. Le steak, c’est du steak haché, soit de la viande hachée. C’est soit du bœuf, soit du porc, soit un mélange des deux, porc et bœuf. Le blé d’Inde, c’est du blé d’Inde en grains, soit du maïs en grains. C’est la petite touche qué­bé­coise ! Et les patates, c’est des patates pilées, c’est-à-dire des pommes de terre écra­sées, des pommes de terre en purée.

Mais pour­quoi ça s’ap­pelle « pâté chi­nois », si c’est qué­bé­cois ? Il y a plu­sieurs théo­ries. Une his­toire très répan­due, c’est que ça aurait été inven­té par des immi­grants chi­nois qui tra­vaillaient comme cui­si­niers lors de la construc­tion du che­min de fer. Une autre his­toire, c’est que ça aurait été inven­té par des Qué­bé­cois qui tra­vaillaient dans la ville de South Chi­na, dans le Maine. Mais ces deux théo­ries sont pro­ba­ble­ment fausses. On sait pas vrai­ment d’où vient le mot « pâté chi­nois ».

Une chose impor­tante à savoir pour le pâté chi­nois : on le mange presque tou­jours avec du ket­chup ! C’est bon avec des bet­te­raves mari­nées, aus­si.

La sauce à « spa­gat »

Après le pâté « chi­nois », je vous parle main­te­nant d’un plat « ita­lien » ! Pour­tant, la sauce à spa­ghet­ti, qu’on appelle aus­si « sauce à spa­gat » ou « sauce à spag », c’est un des plats les plus typiques du Qué­bec ! Ça res­semble un peu à la sauce bolo­gnaise ita­lienne, mais c’est com­plè­te­ment qué­bé­cois ! C’est sûr que ça a des ori­gines ita­liennes, mais la ver­sion faite au Qué­bec est vrai­ment typi­que­ment qué­bé­coise !

Ima­gi­nez-vous donc qu’on met même ça sur la pou­tine, la sauce à « spa­gat » ! Quand on rem­place la sauce brune par de la sauce à spa­ghet­ti, on appelle ça de la pou­tine ita­lienne !

Toutes les mamans ont leur recette avec leurs ingré­dients secrets, et tout le monde trouve que sa maman fait la meilleure sauce à spa­ghet­ti ! Le secret de ma grand-mère, c’est qu’elle met­tait du ket­chup, de la mou­tarde pis de la mélasse dans sa sauce à spa­ghet­ti. C’é­tait fan­tas­tique !

À la base, c’est de la viande hachée — eh oui, encore de la viande hachée ! — avec des légumes comme de l’oi­gnon, du céle­ri, du poi­vron, de la carotte et, bien sûr, des tomates. On sert ça sur des spa­ghet­tis, et si on veut faire « fan­cy », on met un petit peu de par­me­san râpé des­sus. Et on déguste !

Quiz

C’est le temps pour une petite ques­tion quiz ! Aujourd’­hui, je vous pose une ques­tion sur le thème de la bouffe ! Qu’est-ce que ça veut dire, « lâche pas la patate » ? Est-ce que ça veut dire : Un : fais atten­tion ? Deux : cou­rage, aban­donne pas ? Trois : dors pas ? La réponse à la fin de la vidéo !

La tour­tière

La tour­tière, c’est un autre grand plat qué­bé­cois, pis je pense que c’est mon pré­fé­ré ! C’est un genre de tarte salée faite avec de la viande hachée. Je vous l’a­vais dit, qu’on mange beau­coup de bœuf haché, au Qué­bec ! La tour­tière, on l’ap­pelle aus­si « pâté à la viande ».

C’est très popu­laire dans le temps des Fêtes, c’est-à-dire le temps entre Noël et le jour de l’An. Il y a tou­jours au moins une « matante », une tante, qui emmène une pile de tour­tières !

Comme le pâté chi­nois, la tour­tière se déguste avec du ket­chup ! Même ceux qui mangent pas de ket­chup nor­ma­le­ment vont en mettre sur la tour­tière. C’est meilleur !

Atten­tion, dans la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean, c’est quelque chose d’as­sez dif­fé­rent. La tour­tière, c’est la grande fier­té des gens du Saguenay—Lac-Saint-Jean. La tour­tière du Lac-Saint-Jean est cuite dans un plat beau­coup plus pro­fond, et contient des patates et de la viande en cubes. On peut la faire avec du bœuf et du porc, mais tra­di­tion­nel­le­ment, on met de la viande de gibier. Le gibier, c’est la viande sau­vage, c’est-à-dire les ani­maux qu’on chasse dans la forêt, dans le bois. Dans la tour­tière du Lac-Saint-Jean, on peut donc mettre de l’o­ri­gnal, du che­vreuil, du lièvre ou de la per­drix.

En Gas­pé­sie, ils font une ver­sion de la tour­tière qui s’ap­pelle « cipaille ». Il y a aus­si des ver­sions de tour­tière appe­lées « cipaille » ou « cipâte » au Nou­veau-Bruns­wick et ailleurs.

Les fèves au lard

Les fèves au lard, on appelle ça aus­si des « binnes ». Les binnes, ça vient du mot anglais « bean ». C’est des hari­cots blancs qu’on fait cuire au four très long­temps, avec du lard salé et de la mélasse. Il faut que ça cuise au moins cinq heures, mais cer­tains les font cuire toute la nuit. Ça réchauffe la mai­son par les longues jour­nées d’hi­ver !

Cer­taines per­sonnes comme mon chum adorent les petits mor­ceaux de lard dans les binnes, mais pas moi !

C’est bon, les binnes, mais il y a une chose qu’il faut savoir : ça fait péter !

Le pou­ding chô­meur

J’ai gar­dé le des­sert pour la fin ! Le pou­ding chô­meur, c’est pro­ba­ble­ment le des­sert qué­bé­cois le plus connu. C’est fait avec du steak haché… Non non, c’est juste une « joke » !

Un chô­meur, c’est quel­qu’un qui a per­du son emploi et qui est au chô­mage. Le des­sert s’ap­pelle « pou­ding chô­meur » parce que ça coûte vrai­ment pas cher à faire, donc si on est au chô­mage, on peut en man­ger quand même. En plus, c’est super facile à faire !

De nos jours, on voit sou­vent le sirop d’é­rable, dans les recettes, mais à l’é­poque, ça coû­tait beau­coup trop cher. Dans les vraies recettes de pou­ding chô­meur, on met de la cas­so­nade, ou du sucre brun. C’est sûr que c’est bon avec du sirop d’é­rable aus­si, mais c’est pas néces­saire.

Le pou­ding chô­meur, c’est une sorte de gâteau super simple, mais vrai­ment déli­cieux. Je vous recom­mande de le ser­vir chaud avec une bonne grosse cuille­rée de crème gla­cée à la vanille !

Conclu­sion

J’es­père que cette vidéo vous a ouvert l’ap­pé­tit ! N’ou­bliez pas d’al­ler sur mon site inter­net et de vous abon­ner à l’in­fo­lettre, si vous vou­lez rece­voir le livre de recettes ! Dans le livre, il y a des recettes faciles pour les cinq plats que je viens de vous pré­sen­ter.

En pas­sant, même si aujourd’­hui, le sujet de la vidéo, c’é­tait pas la gram­maire ou le voca­bu­laire qué­bé­cois, vous avez pro­ba­ble­ment appris plus de fran­çais qué­bé­cois que vous pen­sez ! C’est la recette magique pour apprendre une langue : il faut écou­ter du conte­nu facile à com­prendre et qui nous inté­resse.

D’ailleurs, si vous allez sur ma chaîne You­Tube, vous allez voir des tonnes de vidéos en fran­çais facile à com­prendre et avec les sous-titres. Et si vous vou­lez encore plus de conte­nu en fran­çais facile à com­prendre et avec les sous-titres, allez sur ma page Patreon ! Je tiens d’ailleurs à remer­cier tous mes abon­nés Patreon qui rendent cette vidéo pos­sible ! Je remer­cie en par­ti­cu­lier mes abon­nés VIP, David et Hea­ther.

Si vous avez aimé cette vidéo, s’il vous plaît, cli­quez sur « j’aime » et abon­nez-vous, si c’est pas déjà fait ! Je vous invite éga­le­ment à par­ta­ger cette vidéo avec tous ceux et celles que ça pour­rait inté­res­ser. Mer­ci !

La réponse à la ques­tion quiz, c’é­tait deux : cou­rage, aban­donne pas. « Lâche pas la patate », ça veut dire « cou­rage », « conti­nue », « aban­donne pas », « il faut conti­nuer », « tu es capable » !

À bien­tôt, pour une autre vidéo « Qué­bé­cois 101 » !

Bon ben, j’ai faim, moi ! Kes­sé qu’on mange pour sou­per ?

Traduction

Fran­çaisEnglish
Avez-vous trou­vé les der­nières vidéos « Qué­bé­cois 101 » un peu dif­fi­ciles ? Aujourd’­hui, on prend une petite pause ! Au lieu de vous par­ler de la gram­maire, du voca­bu­laire ou de la pro­non­cia­tion, je vais vous par­ler de bouffe, de nour­ri­ture.Did you find the latest « Qué­bé­cois 101 » videos a bit hard ? Today, we’re going to take a lit­tle break ! Ins­tead of tel­ling you about gram­mar, voca­bu­la­ry, or pro­nun­cia­tion, I’m going to tell you about food.
La cui­sine qué­bé­coise et cana­dienne-fran­çaise est pleine de plats uniques et déli­cieux. Aujourd’­hui, je vous en pré­sente cinq ! À la fin de cette vidéo, vous aurez peut-être la réponse à une ques­tion bien qué­bé­coise : Kes­sé qu’on mange pour sou­per ?Que­bec and French Cana­dian cui­sine is full of uni­que­ly deli­cious dishes. Today, I’ll tell you about five of them ! By the time this video is over, you might have the ans­wer to a tru­ly Que­bec ques­tion : What’s for din­ner ?
Bien­ve­nue à « Qué­bé­cois 101 », une série de vidéos pour vous aider à mieux com­prendre le fran­çais qué­bé­cois. Même si cette vidéo parle de bouffe, mon but est le même. En effet, la meilleure manière d’ap­prendre une langue, c’est d’é­cou­ter du conte­nu inté­res­sant et facile à com­prendre. D’ailleurs, dans cette vidéo, je vais uti­li­ser quelques mots typiques du fran­çais qué­bé­cois. Ces mots vont appa­raître en bleu dans les sous-titres. Si vous com­pre­nez pas un de ces mots, vous pou­vez aller voir l’ex­pli­ca­tion dans la des­crip­tion de la vidéo.Wel­come to « Qué­bé­cois 101, » a video series to help you bet­ter unders­tand Que­bec French. Even though this video is about food, my goal remains unchan­ged. The best way to learn a lan­guage is to lis­ten to content you find inter­es­ting and easy to unders­tand. Spea­king of which, in this video, I’ll use a few words that are typi­cal of Que­bec French. These words will be shown in blue in the cap­tions. If you don’t unders­tand one of these words, check out the cor­res­pon­ding expla­na­tion in the video des­crip­tion.
Si vous aimez cette vidéo, cli­quez sur « j’aime » et abon­nez-vous ! Vous pou­vez aus­si visi­ter ma page Patreon pour plus de conte­nu en fran­çais plus facile à com­prendre et avec les sous-titres fran­çais et anglais.If you enjoy this video, like it and sub­scribe ! You can also visit my Patreon for more content in easier-to-unders­tand French and fea­tu­ring French and English sub­titles.
Aujourd’­hui, je vais vous par­ler de cinq plats très typiques de la cui­sine qué­bé­coise et cana­dienne-fran­çaise. Presque tous les Qué­bé­cois qui ont gran­di au Qué­bec ont man­gé ces plats quand ils étaient petits. Si vous vou­lez essayer de les pré­pa­rer vous-mêmes, on vous a même fait un petit livre de recettes ! Pour obte­nir le livre de recettes en for­mat PDF, allez sur mon site inter­net, le lien est dans la des­crip­tion de la vidéo, et abon­nez-vous à l’in­fo­lettre. C’est les recettes de Céline, la maman de mon chum Daniel, donc des vraies recettes d’une vraie maman qué­bé­coise ! Toutes les recettes sont dis­po­nibles en fran­çais et en anglais, alors vous pou­vez pra­ti­quer votre fran­çais même en cui­si­nant !Today, I’ll tell you about five dishes that are very typi­cal of the cui­sine of Que­bec and French Cana­da. Near­ly all Que­be­cers who grew up in Que­bec had these dishes when they were kids. If you want to try them your­self, we even crea­ted a small cook­book for you ! To receive the cook­book in PDF for­mat, visit my web­site by fol­lo­wing the link in the video des­crip­tion, and sub­scribe to my news­let­ter. The recipes are from Céline, the mother of my part­ner Daniel, so they’re authen­tic recipes from a real Que­bec mom ! All recipes are avai­lable in French and English, so you can prac­tice your French even while you cook !
La cui­sine qué­bé­coiseQue­bec cui­sine
À quoi vous pen­sez, si je dis : « cui­sine qué­bé­coise » ? Vous pen­sez peut-être à la pou­tine, mais en fait, je vais même pas vous par­ler de la pou­tine aujourd’­hui ! C’est bon, la pou­tine, mais il y a presque per­sonne qui mange ça à la mai­son. C’est du « fast food » et on mange ça sur­tout au res­to ou dans un casse-croûte. En plus, ça a été inven­té dans les années 50, donc c’est pas si vieux que ça, c’est pas vrai­ment tra­di­tion­nel.What do you think of when I say « Que­bec cui­sine » ? Maybe you’re thin­king of pou­tine, but actual­ly, I won’t even talk about pou­tine today ! Pou­tine is great, but almost nobo­dy makes it at home. It’s fast food, and we eat it most­ly at the res­tau­rant or in snack bars. Addi­tio­nal­ly, pou­tine was inven­ted in the ’50s, so it’s not even that old, it’s not real­ly tra­di­tio­nal.
La vraie cui­sine qué­bé­coise, on la mange très rare­ment au res­tau­rant. C’est une cui­sine de tous les jours, c’est la cui­sine de la classe ouvrière, et c’est pré­pa­ré avec des ingré­dients qui coûtent pas cher.Real Que­bec cui­sine is very rare­ly eaten at res­tau­rants. It’s an eve­ry­day cui­sine, it’s the cui­sine of the wor­king class, and it’s made with inex­pen­sive ingre­dients.
C’est pour ça que vous allez voir du bœuf haché pis des patates par­tout ! C’est pas cher, du bœuf haché, pis c’est pas cher, des patates !That’s why you’ll see ground beef and pota­toes eve­ryw­here ! Ground beef is cheap, and pota­toes are cheap !
Pour les végé­ta­riens, je suis déso­lée ! Ces plats contiennent presque tous de la viande… C’é­tait comme ça à l’é­poque !If you’re vege­ta­rian, I’m sor­ry ! Almost all these dishes contain meat… That’s how it was back in the day !
Mon chum aime racon­ter une « joke », une blague, pour expli­quer à quel point il était tan­né de man­ger des patates, quand il était petit, parce que ça vient plate, tou­jours man­ger la même chose.My part­ner likes to tell a joke to explain how fed up he was with pota­toes when he was a kid, because it gets boring after a while to always eat the same thing.
- Môman ? Kes­sé qu’on mange pour sou­per ?- Mom ? What’s for din­ner ?
- De la m— pis des patates.- Sh— and pota­toes.
- Ah non ! Pas encore des patates !- Aaw, not pota­toes again !
Aujourd’­hui, les Qué­bé­cois sont très atta­chés à ces plats tra­di­tion­nels. Mais comme on a presque tous gran­di avec ces plats-là à la mai­son, on ima­gine pas d’al­ler les man­ger au res­tau­rant. Les res­tau­rants qui servent les plats tra­di­tion­nels qué­bé­cois sont très rares, et c’est géné­ra­le­ment pour les tou­ristes. C’est des plats sans pré­ten­tion, mais avec beau­coup de saveur. Un peu comme le fran­çais qué­bé­cois !Today, Que­be­cers are very fond of these tra­di­tio­nal dishes. But since near­ly all of us grew up eating these dishes at home, we don’t see why we’d go to a res­tau­rant to eat them. Res­tau­rants that serve tra­di­tio­nal Que­bec dishes are pret­ty rare and they usual­ly cater to tou­rists. Que­bec dishes are unpre­ten­tious, but are packed with fla­vor. A bit like Que­bec French !
Le pâté chi­noisPâté chi­nois
Pas le choix, il faut que je com­mence avec le plus qué­bé­cois des plats, le pâté chi­nois ! Le pâté chi­nois, ça res­semble un peu au « she­pherd’s pie » anglais ou au hachis par­men­tier fran­çais. Mais c’est très typique du Qué­bec, même plus que la pou­tine. Le pâté chi­nois a d’ailleurs été décla­ré le plat natio­nal du Qué­bec en 2007 !The­re’s no way around it, I have to start with the quin­tes­sen­tial Que­bec dish, pâté chi­nois ! [Chi­nese pie] Pâté chi­nois is simi­lar to England’s she­pherd’s pie or Fran­ce’s hachis par­men­tier. Howe­ver, it’s very typi­cal of Que­bec cui­sine, even more so than pou­tine. As a mat­ter of fact, pâté chi­nois was crow­ned Que­bec’s natio­nal dish in 2007 !
C’est un plat cuit au four et avec trois étages : « steak », blé d’Inde, patates. Le steak, c’est du steak haché, soit de la viande hachée. C’est soit du bœuf, soit du porc, soit un mélange des deux, porc et bœuf. Le blé d’Inde, c’est du blé d’Inde en grains, soit du maïs en grains. C’est la petite touche qué­bé­coise ! Et les patates, c’est des patates pilées, c’est-à-dire des pommes de terre écra­sées, des pommes de terre en purée.It’s an oven-baked dish with three layers : « steak, » corn, pota­toes. « Steak » actual­ly means min­ced steak, or rather min­ced meat. It’s made from either beef or pork, or a blend of the two, pork and beef. The corn is corn ker­nels, so corn ker­nels. It’s the Que­bec touch ! And the pota­toes are mashed pota­toes, so mashed pota­toes, pota­to purée.
Mais pour­quoi ça s’ap­pelle « pâté chi­nois », si c’est qué­bé­cois ? Il y a plu­sieurs théo­ries. Une his­toire très répan­due, c’est que ça aurait été inven­té par des immi­grants chi­nois qui tra­vaillaient comme cui­si­niers lors de la construc­tion du che­min de fer. Une autre his­toire, c’est que ça aurait été inven­té par des Qué­bé­cois qui tra­vaillaient dans la ville de South Chi­na, dans le Maine. Mais ces deux théo­ries sont pro­ba­ble­ment fausses. On sait pas vrai­ment d’où vient le mot « pâté chi­nois ».But why is it cal­led « pâté chi­nois » if it’s from Que­bec ? There are many theo­ries. A wides­pread tale claims it was inven­ted by Chi­nese immi­grants wor­king as cooks during the buil­ding of the rail­road. Ano­ther tale claims it was inven­ted by Que­be­cers wor­king in the city of South Chi­na, Maine. But nei­ther of these theo­ries is like­ly to be true. It’s unclear where the word « pâté chi­nois » comes from.
Une chose impor­tante à savoir pour le pâté chi­nois : on le mange presque tou­jours avec du ket­chup ! C’est bon avec des bet­te­raves mari­nées, aus­si.One impor­tant thing to know about pâté chi­nois : it’s almost always eaten with ket­chup ! It’s also great with pick­led beets.
La sauce à « spa­gat »« Spa­gat » sauce
Après le pâté « chi­nois », je vous parle main­te­nant d’un plat « ita­lien » ! Pour­tant, la sauce à spa­ghet­ti, qu’on appelle aus­si « sauce à spa­gat » ou « sauce à spag », c’est un des plats les plus typiques du Qué­bec ! Ça res­semble un peu à la sauce bolo­gnaise ita­lienne, mais c’est com­plè­te­ment qué­bé­cois ! C’est sûr que ça a des ori­gines ita­liennes, mais la ver­sion faite au Qué­bec est vrai­ment typi­que­ment qué­bé­coise !After a « Chi­nese » pie, I’m now going to tell you about an « Ita­lian » dish ! Actual­ly, spa­ghet­ti sauce, also cal­led « spa­gat » sauce or « spag » sauce is one of Que­bec’s most typi­cal dishes ! It’s simi­lar to Ita­lian Bolo­gnese sauce, but it’s 100% Que­bec ! For sure, it has Ita­lian roots, but the ver­sion made in Que­bec is real­ly typi­cal of Que­bec !
Ima­gi­nez-vous donc qu’on met même ça sur la pou­tine, la sauce à « spa­gat » ! Quand on rem­place la sauce brune par de la sauce à spa­ghet­ti, on appelle ça de la pou­tine ita­lienne !Believe it or not, we even serve « spa­gat » sauce on pou­tine ! When, ins­tead of gra­vy, we use spa­ghet­ti sauce, it’s cal­led an Ita­lian pou­tine !
Toutes les mamans ont leur recette avec leurs ingré­dients secrets, et tout le monde trouve que sa maman fait la meilleure sauce à spa­ghet­ti ! Le secret de ma grand-mère, c’est qu’elle met­tait du ket­chup, de la mou­tarde pis de la mélasse dans sa sauce à spa­ghet­ti. C’é­tait fan­tas­tique !Eve­ry mom has her own recipe with her own secret ingre­dients, and eve­ryone firm­ly believes their mom makes the best spa­ghet­ti sauce ! My grand­mo­ther’s secret is that she put ket­chup, mus­tard, and molasses in her spa­ghet­ti sauce. It was ama­zing !
À la base, c’est de la viande hachée — eh oui, encore de la viande hachée ! — avec des légumes comme de l’oi­gnon, du céle­ri, du poi­vron, de la carotte et, bien sûr, des tomates. On sert ça sur des spa­ghet­tis, et si on veut faire « fan­cy », on met un petit peu de par­me­san râpé des­sus. Et on déguste !The basis of spa­ghet­ti sauce is min­ced meat—yep, min­ced meat again!—along with veg­gies like onion, cele­ri, bell pep­per, car­rot, and, of course, toma­toes. You drape it over spa­ghet­ti, and if you want to be fan­cy, you sprinkle a bit of gra­ted par­me­san on top. And enjoy !
QuizQuiz
C’est le temps pour une petite ques­tion quiz ! Aujourd’­hui, je vous pose une ques­tion sur le thème de la bouffe ! Qu’est-ce que ça veut dire, « lâche pas la patate » ? Est-ce que ça veut dire : Un : fais atten­tion ? Deux : cou­rage, aban­donne pas ? Trois : dors pas ? La réponse à la fin de la vidéo !It’s time for a short quiz ! Today, I have a ques­tion for you on the topic of food ! What does the expres­sion « don’t let go of the pota­to » mean ? Does it mean : One : be care­ful ? Two : hang in there, don’t give up ? Three : don’t sleep ? The ans­wer at the end of the video !
La tour­tièreTour­tière
La tour­tière, c’est un autre grand plat qué­bé­cois, pis je pense que c’est mon pré­fé­ré ! C’est un genre de tarte salée faite avec de la viande hachée. Je vous l’a­vais dit, qu’on mange beau­coup de bœuf haché, au Qué­bec ! La tour­tière, on l’ap­pelle aus­si « pâté à la viande ».Tour­tière is ano­ther great Que­bec dish and I think it’s my favo­rite ! It’s a type of savo­ry pie made with min­ced meat. I told you we eat a lot of ground beef in Que­bec ! Tour­tière is also cal­led « meat pie. »
C’est très popu­laire dans le temps des Fêtes, c’est-à-dire le temps entre Noël et le jour de l’An. Il y a tou­jours au moins une « matante », une tante, qui emmène une pile de tour­tières !It’s very popu­lar during the holi­days, which is to say, the per­iod bet­ween Christ­mas and New Year’s. The­re’s always a « matante, » an aun­tie, who brings a pile of tour­tières !
Comme le pâté chi­nois, la tour­tière se déguste avec du ket­chup ! Même ceux qui mangent pas de ket­chup nor­ma­le­ment vont en mettre sur la tour­tière. C’est meilleur !Just like pâté chi­nois, tour­tière is best enjoyed with ket­chup ! Even people who don’t usual­ly like ket­chup will put some on their tour­tière. It’s just tas­tier !
Atten­tion, dans la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean, c’est quelque chose d’as­sez dif­fé­rent. La tour­tière, c’est la grande fier­té des gens du Saguenay—Lac-Saint-Jean. La tour­tière du Lac-Saint-Jean est cuite dans un plat beau­coup plus pro­fond, et contient des patates et de la viande en cubes. On peut la faire avec du bœuf et du porc, mais tra­di­tion­nel­le­ment, on met de la viande de gibier. Le gibier, c’est la viande sau­vage, c’est-à-dire les ani­maux qu’on chasse dans la forêt, dans le bois. Dans la tour­tière du Lac-Saint-Jean, on peut donc mettre de l’o­ri­gnal, du che­vreuil, du lièvre ou de la per­drix.Take note, in the Saguenay—Lac-Saint-Jean region, tour­tière is some­thing quite dif­ferent. Tour­tière is the pride of the people of Saguenay—Lac-Saint-Jean. « Tour­tière du Lac-Saint-Jean » is baked in a much dee­per dish and is made with cubed pota­toes and meat. It can be made with beef and pork, but tra­di­tio­nal­ly, people use game meat. Game meat is wild meat, that is to say, ani­mals that are hun­ted in the forest. To make tour­tière du Lac-Saint-Jean, people may use meat from moose, deer, hare, or par­tridge.
En Gas­pé­sie, ils font une ver­sion de la tour­tière qui s’ap­pelle « cipaille ». Il y a aus­si des ver­sions de tour­tière appe­lées « cipaille » ou « cipâte » au Nou­veau-Bruns­wick et ailleurs.In Gas­pé­sie, they have a ver­sion of tour­tière cal­led « cipaille. » There are also varia­tions of tour­tière cal­led « cipaille » or « cipâte » in New Bruns­wick and elsew­here.
Les fèves au lardBaked Beans
Les fèves au lard, on appelle ça aus­si des « binnes ». Les binnes, ça vient du mot anglais « bean ». C’est des hari­cots blancs qu’on fait cuire au four très long­temps, avec du lard salé et de la mélasse. Il faut que ça cuise au moins cinq heures, mais cer­tains les font cuire toute la nuit. Ça réchauffe la mai­son par les longues jour­nées d’hi­ver !Fèves au lard, baked beans, are also cal­led « binnes. » « Binnes » comes from the English word « bean. » It’s white beans that are baked in the oven a real­ly long time with salt pork and molasses. They have to bake for at least five hours, but some people bake them over­night. It warms up the house during the long days of win­ter !
Cer­taines per­sonnes comme mon chum adorent les petits mor­ceaux de lard dans les binnes, mais pas moi !Some people like my part­ner love the lit­tle pieces of salt pork in the beans, but not me !
C’est bon, les binnes, mais il y a une chose qu’il faut savoir : ça fait péter !Baked beans are great, but the­re’s one thing you should know : they make you fart !
Le pou­ding chô­meurPou­ding chô­meur
J’ai gar­dé le des­sert pour la fin ! Le pou­ding chô­meur, c’est pro­ba­ble­ment le des­sert qué­bé­cois le plus connu. C’est fait avec du steak haché… Non non, c’est juste une « joke » !I kept the des­sert for last ! « Pou­ding chô­meur » is pro­ba­bly Que­bec’s most famous des­sert. It’s made with ground beef… Just kid­ding, just kid­ding !
Un chô­meur, c’est quel­qu’un qui a per­du son emploi et qui est au chô­mage. Le des­sert s’ap­pelle « pou­ding chô­meur » parce que ça coûte vrai­ment pas cher à faire, donc si on est au chô­mage, on peut en man­ger quand même. En plus, c’est super facile à faire !A « chô­meur » is someone who lost their job and is unem­ployed. The des­sert is cal­led « unem­ployed man pud­ding » because it’s real­ly inex­pen­sive to make, so someone who is unem­ployed can still enjoy it. Not only that, but it’s super easy to make !
De nos jours, on voit sou­vent le sirop d’é­rable, dans les recettes, mais à l’é­poque, ça coû­tait beau­coup trop cher. Dans les vraies recettes de pou­ding chô­meur, on met de la cas­so­nade, ou du sucre brun. C’est sûr que c’est bon avec du sirop d’é­rable aus­si, mais c’est pas néces­saire.These days, recipes often call for maple syrup, but back in the day, that was way too expen­sive. Authen­tic pou­ding chô­meur recipes use brown sugar. For sure, it’s great with maple syrup, but it’s not an abso­lute requi­re­ment.
Le pou­ding chô­meur, c’est une sorte de gâteau super simple, mais vrai­ment déli­cieux. Je vous recom­mande de le ser­vir chaud avec une bonne grosse cuille­rée de crème gla­cée à la vanille !Pou­ding chô­meur is a kind of cake that is super simple but real­ly deli­cious. I recom­mend ser­ving it hot with a hea­ping scoop of vanilla ice cream on top !
Conclu­sionWrap-up
J’es­père que cette vidéo vous a ouvert l’ap­pé­tit ! N’ou­bliez pas d’al­ler sur mon site inter­net et de vous abon­ner à l’in­fo­lettre, si vous vou­lez rece­voir le livre de recettes ! Dans le livre, il y a des recettes faciles pour les cinq plats que je viens de vous pré­sen­ter.I hope this video whet­ted your appe­tite ! Don’t for­get to visit my web­site and sub­scribe to my news­let­ter to receive a copy of the cook­book ! The cook­book fea­tures easy recipes for the five dishes I just told you about.
En pas­sant, même si aujourd’­hui, le sujet de la vidéo, c’é­tait pas la gram­maire ou le voca­bu­laire qué­bé­cois, vous avez pro­ba­ble­ment appris plus de fran­çais qué­bé­cois que vous pen­sez ! C’est la recette magique pour apprendre une langue : il faut écou­ter du conte­nu facile à com­prendre et qui nous inté­resse.And by the way, even though today’s video wasn’t about Que­bec gram­mar or voca­bu­la­ry, you pro­ba­bly lear­ned more Que­bec French than you think ! That’s the magic recipe for lear­ning a lan­guage : you have to lis­ten to easy-to-unders­tand content that you find inter­es­ting.
D’ailleurs, si vous allez sur ma chaîne You­Tube, vous allez voir des tonnes de vidéos en fran­çais facile à com­prendre et avec les sous-titres. Et si vous vou­lez encore plus de conte­nu en fran­çais facile à com­prendre et avec les sous-titres, allez sur ma page Patreon ! Je tiens d’ailleurs à remer­cier tous mes abon­nés Patreon qui rendent cette vidéo pos­sible ! Je remer­cie en par­ti­cu­lier mes abon­nés VIP, David et Hea­ther.Spea­king of which, if you check out my You­Tube chan­nel, you’ll see tons of videos in easy-to-unders­tand French fea­tu­ring sub­titles. And if you want even more content in easy French with sub­titles, check out my Patreon ! Spea­king of which, I want to thank all my patrons who make this video pos­sible ! I want to give a spe­cial thanks to my VIP patrons, David and Hea­ther.
Si vous avez aimé cette vidéo, s’il vous plaît, cli­quez sur « j’aime » et abon­nez-vous, si c’est pas déjà fait ! Je vous invite éga­le­ment à par­ta­ger cette vidéo avec tous ceux et celles que ça pour­rait inté­res­ser. Mer­ci !If you enjoyed this video, please like it and sub­scribe, if you haven’t alrea­dy ! I want to also invite you to share this video with anyone who might find it inter­es­ting. Thank you !
La réponse à la ques­tion quiz, c’é­tait deux : cou­rage, aban­donne pas. « Lâche pas la patate », ça veut dire « cou­rage », « conti­nue », « aban­donne pas », « il faut conti­nuer », « tu es capable » !The ans­wer to the quiz was two : hang in there, don’t give up. « Don’t let go of the pota­to » means « hang in there, » « keep going, » « don’t give up, » « you have to go on, » « you can do it » !
À bien­tôt, pour une autre vidéo « Qué­bé­cois 101 » !See you soon for ano­ther « Qué­bé­cois 101 » video !
Bon ben, j’ai faim, moi ! Kes­sé qu’on mange pour sou­per ?Alright, I’m fami­shed ! What’s for din­ner ?

Hélène Cormier

Je m’appelle Hélène, je suis prof de français et je voyage beaucoup. Je fais ces vidéos dans le but d'aider ceux et celles qui apprennent le français. J'espère que vous trouverez mes vidéos intéressantes et qu'elles vous permettront d'améliorer votre compréhension orale dans le plaisir !

Tous les articles

Commentez

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Je m’appelle Hélène, je suis prof de français et je voyage beaucoup. Je fais ces vidéos dans le but d'aider ceux et celles qui apprennent le français. J'espère que vous trouverez mes vidéos intéressantes et qu'elles vous permettront d'améliorer votre compréhension orale dans le plaisir !

Infolettre



Livre de recettes du Québec gratuit!
Free Quebec Cookbook!

Abonnez-vous à notre infolettre et obtenez gratuitement un livre en format PDF de 5 recettes du Québec en français et en anglais!

Subscribe to our newsletter and receive a free PDF ebook with 5 Quebec recipes in French and English!

Nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec quiconque.
We will never share your email with anyone.