Dans cette vidéo, j’ex­plique cinq trucs pour convaincre gen­ti­ment les Qué­bé­cois de vous par­ler en fran­çais.

Transcription

Si vous avez déjà visi­té le Qué­bec, ou si vous habi­tez au Qué­bec, il vous est peut-être déjà arri­vé quelque chose comme ça :

Bon­jour ! Excu­sez-moi ! Savez-vous où est le métro Saint-Laurent ?

The metro ? Yes, yes ! Just keep wal­king this way, and then you turn left on the next street.

Aujourd’­hui, je vous donne des trucs pour évi­ter que les Qué­bé­cois vous « switchent » en anglais.

Shall we get s— Euh… On y va ?

Bien­ve­nue à « Qué­bé­cois 101 », une série de vidéos pour vous aider à com­prendre le fran­çais qué­bé­cois et cana­dien. Si vous aimez cette vidéo, cli­quez sur « j’aime » et abon­nez-vous ! Vous pou­vez aus­si visi­ter ma page Patreon pour plus de conte­nu en fran­çais facile à com­prendre.

Je vais uti­li­ser quelques mots de voca­bu­laire qué­bé­cois ou cana­dien dans cette vidéo. Si vous voyez un mot en bleu, dans les sous-titres, regar­dez en bas, dans la des­crip­tion, pour l’ex­pli­ca­tion.

Par­ler à des Qué­bé­cois, c’est vrai­ment la meilleure manière d’ap­prendre la langue. Non seule­ment ça vous aide à mieux com­prendre, mais ça vous per­met de pra­ti­quer ce que vous avez appris dans un contexte utile et natu­rel. Mais ça peut être dif­fi­cile de réus­sir à pra­ti­quer le fran­çais au Qué­bec ! Beau­coup de Qué­bé­cois vont pas­ser à l’an­glais s’ils voient que vous avez pas assez d’as­su­rance en fran­çais.

On appelle ça « swit­cher » en anglais. C’est quand même un peu iro­nique ! Même les anglo­phones qui ont gran­di au Qué­bec ont de la misère à res­ter en fran­çais. S’ils essaient de par­ler en fran­çais, la plu­part du temps, les gens vont juste répondre en anglais. J’ai connu plu­sieurs étu­diants qui m’ont racon­té à quel point c’é­tait dif­fi­cile de pra­ti­quer le fran­çais au Qué­bec, en par­ti­cu­lier à Mont­réal.

Bon­jour ! Hi !

Mais pour­quoi les Qué­bé­cois font ça ?

Pour­quoi les Qué­bé­cois « switchent »

Il y a plu­sieurs rai­sons pour les­quelles un Qué­bé­cois ou une Qué­bé­coise peut vous « swit­cher » en anglais si vous essayez de leur par­ler en fran­çais. Je vais en par­ler un peu parce que ça aide à com­prendre dans quels contextes c’est appro­prié d’in­sis­ter pour par­ler en fran­çais.

Tout d’a­bord, je veux vous ras­su­rer que ça a pro­ba­ble­ment rien à voir avec votre niveau de fran­çais. Beau­coup de Fran­çais [fran­co­phones] vont pas­ser à l’an­glais même si votre fran­çais est excellent et même si leur anglais est mau­vais. Des fois, ça peut don­ner des résul­tats assez frus­trants !

Excu­sez-moi ! Savez-vous si le Jar­din bota­nique est ouvert le dimanche ? J’ai enten­du dire qu’ils ont de superbes spé­ci­mens d’or­chi­dées !

Yes, the « Bota­nique Gar­den » is open on the wee­kend. They have the beau­ti­ful flo­wers !

La pre­mière rai­son, et d’a­près moi c’est la plus cou­rante, c’est juste par gen­tillesse ou par poli­tesse. Les Qué­bé­cois sont sou­vent à l’aise en anglais et s’ils entendent quel­qu’un qui a de la dif­fi­cul­té à par­ler fran­çais, ils veulent les aider à com­mu­ni­quer. Comme je disais, ça peut arri­ver même si leur anglais est plu­tôt moyen. C’est étrange, je sais, mais c’est pour être gen­til, pour être accueillant.

La deuxième rai­son pour laquelle les Qué­bé­cois ont ten­dance à « swit­cher » à l’an­glais, c’est l’in­sé­cu­ri­té lin­guis­tique. Ça, c’est un gros sujet dont je vais par­ler plus en détail dans une vidéo future. En résu­mé, ça veut dire que les Qué­bé­cois trouvent qu’ils parlent mal. Ils pensent qu’ils parlent pas le bon fran­çais, ils ont l’im­pres­sion que per­sonne les com­prend quand ils parlent. Donc c’est plus facile de « swit­cher » en anglais parce que tout le monde parle anglais.

They have the beau­ti­ful flo­wers !

En théo­rie, en tout cas !

Une troi­sième rai­son pour laquelle un Qué­bé­cois peut vous « swit­cher » en anglais, c’est parce qu’il veut pra­ti­quer son anglais. Dans ce cas-là, ça peut être un peu dif­fi­cile à gérer. Il va fal­loir déci­der qui va pra­ti­quer !

Et fina­le­ment, une qua­trième rai­son pour laquelle les Qué­bé­cois vont par­fois « swit­cher » en anglais, c’est juste pour que ça aille plus vite. Ils voient que vous êtes pas super à l’aise en fran­çais, ils ont pas le temps de tout expli­quer ou ils veulent pas faire l’ef­fort de com­prendre, alors ils passent à l’an­glais pour que ça soit plus rapide, plus effi­cace.

Si vous sen­tez que quel­qu’un vous parle en anglais parce qu’il ou elle est trop pressé(e), ou bien que la per­sonne a pas envie de vous aider, c’est mieux de trou­ver quel­qu’un d’autre pour pra­ti­quer. Mais si c’est quel­qu’un qui fait ça juste pour être gen­til, com­ment on fait pour pas se faire « swit­cher » en anglais ?

Quiz

C’est le temps pour une petite ques­tion quiz ! Qu’est-ce que ça veut dire, « prendre une débarque » ? Est-ce que ça veut dire :

Un, des­cendre de l’au­to­bus ?

Deux, tom­ber ?

Trois, man­ger une col­la­tion rapide ?

La réponse à la fin de la vidéo !

Les trucs pour ne pas « swit­cher »

Avant de vous par­ler de trucs spé­ci­fiques pour pas vous faire « swit­cher » en anglais, je veux vous don­ner un petit conseil géné­ral. Quand vous par­lez en fran­çais, essayez pas de faire des phrases par­faites. Lais­sez faire la per­fec­tion, concen­trez-vous sur la com­mu­ni­ca­tion. Si vous com­mu­ni­quez et que vous vous faites com­prendre, les gens vont être moins ten­tés d’u­ti­li­ser l’an­glais pour vous aider. Inquié­tez-vous pas si c’est pas par­fait, vous allez vous amé­lio­rer tout seuls avec la pra­tique.

Le pre­mier truc pour que les gens vous parlent en fran­çais, c’est très simple : vous avez juste à le deman­der. Main­te­nant que vous savez que les Qué­bé­cois vous parlent en anglais pour être gen­tils, vous allez trou­ver ça moins inti­mi­dant d’in­sis­ter un peu pour pra­ti­quer votre fran­çais. Rap­pe­lez-vous : c’est pas un juge­ment sur votre niveau de fran­çais.

J’es­saie d’a­mé­lio­rer mon fran­çais. Est-ce qu’on peut conti­nuer en fran­çais, s’il vous plaît ?

En géné­ral, ça va faire plai­sir aux gens de vous aider à pra­ti­quer. Il suf­fit d’a­voir le cou­rage d’in­sis­ter.

Ceci dit, il y a des per­sonnes qui auront pas la patience de vous aider, parce qu’ils consi­dèrent qu’ils sont pas profs de fran­çais, c’est pas leur tra­vail. C’est triste mais c’est comme ça ! Il faut res­pec­ter leur choix et trou­ver quel­qu’un d’autre avec qui pra­ti­quer.

Un deuxième truc, c’est de tout sim­ple­ment conti­nuer en fran­çais. C’est une façon de mon­trer que vous êtes assez à l’aise en fran­çais pour conti­nuer. Lâchez pas !

Bon­jour ! Excu­sez-moi. Où est la rue Sainte-Cathe­rine ?

Yes, it’s about three blocks that way.

Trois coins de rues par là ? Super, mer­ci beau­coup !

You’re… bien­ve­nue ?

Le troi­sième truc, c’est d’u­ti­li­ser un peu d’hu­mour. C’est un de mes étu­diants qui m’a dit ça, et ça marche très bien. Vous pou­vez dire :

Déso­lée, mais aujourd’­hui, c’est mer­cre­di, et le mer­cre­di, je parle seule­ment en fran­çais !

Évi­dem­ment, mon étu­diant uti­lise ce truc tous les jours de la semaine !

Qua­trième truc, faire sem­blant qu’on parle pas anglais.

Excu­sez-moi, je ne parle pas anglais.

Si vous avez un accent anglais assez pro­non­cé, ça risque de mélan­ger votre inter­lo­cu­teur ou de le faire rire !

Excu­sez-moi, je ne parle pas anglais.

Un cin­quième truc, c’est de retour­ner sou­vent au même endroit. Par exemple, si vous aimez bien un petit café ou un res­to, retournez‑y à tous les jours et essayez de par­ler en fran­çais avec la per­sonne qui tra­vaille là. Au début, la per­sonne va peut-être avoir peur que vous com­pre­niez pas bien le fran­çais, mais après quelques jours, vous allez pou­voir par­ler de plus en plus avec elle.

Bon­jour Kate­ri­na ! C’est l’heure de la pause-café ?

Conclu­sion

J’es­père que ces petits trucs vont vous aider à par­ler en fran­çais avec les Qué­bé­cois que vous ren­con­trez. Vous allez voir, il suf­fit d’in­sis­ter un petit peu, gen­ti­ment, et d’a­voir confiance en vous. Et la confiance, ça vient avec la pra­tique !

Au pire aller, si vous arri­vez plus à com­mu­ni­quer, vous pou­vez tou­jours « swit­cher » vous-mêmes à l’an­glais. Mais si vous faites un effort, vous allez amé­lio­rer votre fran­çais de manière natu­relle, rapide et agréable, et dans des contextes pra­tiques. En plus, ça fait vrai­ment plai­sir aux Qué­bé­cois quand vous faites un effort pour par­ler en fran­çais. Les gens sont très fiers de voir qu’on s’in­té­resse à leur langue et qu’on fait l’ef­fort de l’ap­prendre.

Si jamais vous vous sen­tez pas assez solide en fran­çais pour com­mu­ni­quer direc­te­ment en fran­çais, je vous recom­mande quand même de dire « bon­jour » avant de deman­der si c’est pos­sible de par­ler en anglais. C’est une marque de res­pect qui est tou­jours appré­ciée.

Et vous, est-ce que vous avez un truc pour par­ler en fran­çais avec les Qué­bé­cois ? Écri­vez-le dans les com­men­taires, on est curieux !

Une autre façon d’a­mé­lio­rer votre fran­çais de manière natu­relle et agréable, c’est de regar­der du conte­nu en fran­çais facile à com­prendre et qui vous inté­resse. Vous pou­vez visi­ter ma page Patreon pour plus de conte­nu inté­res­sant et facile à com­prendre. Je remer­cie d’ailleurs tous mes abon­nés Patreon qui rendent ces vidéos pos­sibles. Je remer­cie en par­ti­cu­lier mes abon­nés VIP, David et Hea­ther.

La réponse à la ques­tion quiz, « prendre une débarque », c’é­tait deux, « tom­ber ». C’est uti­li­sé sur­tout quand on tombe de façon spec­ta­cu­laire ! On peut aus­si dire « prendre une fouille ». Par exemple, si on tombe à vélo :

J’ai pris une méchante fouille à bécique !

Si vous avez aimé cette vidéo, cli­quez sur « j’aime » et abon­nez-vous ! À bien­tôt, pour une autre vidéo « Qué­bé­cois 101 » !

Ravie de vous avoir ren­con­trés ! Vous reve­nez pra­ti­quer votre fran­çais quand vous vou­lez !

Vocabulaire

Qué­bé­coisFran­çaisEnglish
Avoir de la misèreéprou­ver de la dif­fi­cul­téHave a hard time
Béciquevélo (de « bicy­clette »)Bicycle (from the French « bicy­clette »)
Bien­ve­nuede rienYou’re wel­come
Mélan­ger quel­qu’unembrouiller quel­qu’unConfuse someone
« Swit­cher » en anglaispas­ser à l’an­glais (angli­cisme)Switch to English

Traduction

Fran­çaisEnglish
Si vous avez déjà visi­té le Qué­bec, ou si vous habi­tez au Qué­bec, il vous est peut-être déjà arri­vé quelque chose comme ça :If you have ever visi­ted Que­bec or if you live in Que­bec, you pro­ba­bly expe­rien­ced a situa­tion like this before :
Bon­jour ! Excu­sez-moi ! Savez-vous où est le métro Saint-Laurent ?Hel­lo ! Excuse me ! Do you know where is the Saint-Laurent metro sta­tion ?
Le métro ? Oui, oui ! Conti­nuez à mar­cher par là, et tour­nez à gauche à la pro­chaine rue.The metro ? Yes, yes ! Just keep wal­king this way, and then you turn left on the next street.
Aujourd’­hui, je vous donne des trucs pour évi­ter que les Qué­bé­cois vous « switchent » en anglais.Today, I’ll share some tips to prevent Que­be­cers from swit­ching you to English.
On y v— Euh… On y va ?Shall we get s— Um… Shall we get star­ted ?
Bien­ve­nue à « Qué­bé­cois 101 », une série de vidéos pour vous aider à com­prendre le fran­çais qué­bé­cois et cana­dien. Si vous aimez cette vidéo, cli­quez sur « j’aime » et abon­nez-vous ! Vous pou­vez aus­si visi­ter ma page Patreon pour plus de conte­nu en fran­çais facile à com­prendre.Wel­come to « Qué­bé­cois 101, » a video series to help you unders­tand Que­bec and Cana­dian French. If you enjoy this video, like it and sub­scribe ! You can also check out my Patreon for more content in easy-to-unders­tand French.
Je vais uti­li­ser quelques mots de voca­bu­laire qué­bé­cois ou cana­dien dans cette vidéo. Si vous voyez un mot en bleu, dans les sous-titres, regar­dez en bas, dans la des­crip­tion, pour l’ex­pli­ca­tion.I am going to use a few words that are unique to Que­bec and Cana­dian French over the course of this video. If you see a word high­ligh­ted in blue in the cap­tions, look at the des­crip­tion below for an expla­na­tion.
Par­ler à des Qué­bé­cois, c’est vrai­ment la meilleure manière d’ap­prendre la langue. Non seule­ment ça vous aide à mieux com­prendre, mais ça vous per­met de pra­ti­quer ce que vous avez appris dans un contexte utile et natu­rel. Mais ça peut être dif­fi­cile de réus­sir à pra­ti­quer le fran­çais au Qué­bec ! Beau­coup de Qué­bé­cois vont pas­ser à l’an­glais s’ils voient que vous avez pas assez d’as­su­rance en fran­çais.Spea­king with Que­be­cers is tru­ly the best way to learn the lan­guage. Not only does it boost your lis­te­ning skills, but it also lets you prac­tice what you have lear­ned in a use­ful and natu­ral context. But it can be hard to prac­tice French in Que­bec ! Many Que­be­cers will switch to English if they see that you lack confi­dence in spea­king French.
On appelle ça « swit­cher » en anglais. C’est quand même un peu iro­nique ! Même les anglo­phones qui ont gran­di au Qué­bec ont de la misère à res­ter en fran­çais. S’ils essaient de par­ler en fran­çais, la plu­part du temps, les gens vont juste répondre en anglais. J’ai connu plu­sieurs étu­diants qui m’ont racon­té à quel point c’é­tait dif­fi­cile de pra­ti­quer le fran­çais au Qué­bec, en par­ti­cu­lier à Mont­réal.We call it « swit­cher » to English. It’s rather iro­nic ! Even English spea­kers who grew up in Que­bec find it dif­fi­cult to keep conver­sa­tions going in French. If they try to speak French, most of the time, people will just reply in English. I’ve known many stu­dents who told me just how dif­fi­cult it was to prac­tice French in Que­bec, espe­cial­ly in Mon­treal.
Bon­jour ! Hi !Bon­jour ! Hi !
Mais pour­quoi les Qué­bé­cois font ça ?Why do Que­be­cers do this ?
Pour­quoi les Qué­bé­cois « switchent »Why Que­be­cers switch to English
Il y a plu­sieurs rai­sons pour les­quelles un Qué­bé­cois ou une Qué­bé­coise peut vous « swit­cher » en anglais si vous essayez de leur par­ler en fran­çais. Je vais en par­ler un peu parce que ça aide à com­prendre dans quels contextes c’est appro­prié d’in­sis­ter pour par­ler en fran­çais.There are many rea­sons why a Que­be­cer might switch to English when you try to speak French to them. I’m going to talk about this a lit­tle because it will help you unders­tand in what contexts it’s appro­priate to insist on spea­king French.
Tout d’a­bord, je veux vous ras­su­rer que ça a pro­ba­ble­ment rien à voir avec votre niveau de fran­çais. Beau­coup de Fran­çais [fran­co­phones] vont pas­ser à l’an­glais même si votre fran­çais est excellent et même si leur anglais est mau­vais. Des fois, ça peut don­ner des résul­tats assez frus­trants !First of all, I want to reas­sure you : in all like­li­hood, it has nothing to do with your level in French. Many French [spea­kers] will switch to English even if your French is excellent and even if their English is bad. Some­times, it can lead to rather frus­tra­ting sce­na­rios !
Excu­sez-moi ! Savez-vous si le Jar­din bota­nique est ouvert le dimanche ? J’ai enten­du dire qu’ils ont de superbes spé­ci­mens d’or­chi­dées !Excuse me ! Do you know if the Bota­ni­cal Gar­den is open on Sun­days ? I heard they have some magni­ficent orchid spe­ci­mens !
Oui, le Jar­din bota­nique est ouvert la fin de semaine. Ils ont les belles fleurs !Yes, the « Bota­nique Gar­den » is open on the wee­kend. They have the beau­ti­ful flo­wers !
La pre­mière rai­son, et d’a­près moi c’est la plus cou­rante, c’est juste par gen­tillesse ou par poli­tesse. Les Qué­bé­cois sont sou­vent à l’aise en anglais et s’ils entendent quel­qu’un qui a de la dif­fi­cul­té à par­ler fran­çais, ils veulent les aider à com­mu­ni­quer. Comme je disais, ça peut arri­ver même si leur anglais est plu­tôt moyen. C’est étrange, je sais, mais c’est pour être gen­til, pour être accueillant.The first rea­son, and, in my opi­nion, the most com­mon, is just out of kind­ness or poli­te­ness. Que­be­cers are often com­for­table in English and if they hear someone strug­gling to speak French, they’ll want to help them com­mu­ni­cate. Like I said, it can hap­pen even if their English is pret­ty ave­rage. It’s odd, I know, but they do it to be nice, to be wel­co­ming.
La deuxième rai­son pour laquelle les Qué­bé­cois ont ten­dance à « swit­cher » à l’an­glais, c’est l’in­sé­cu­ri­té lin­guis­tique. Ça, c’est un gros sujet dont je vais par­ler plus en détail dans une vidéo future. En résu­mé, ça veut dire que les Qué­bé­cois trouvent qu’ils parlent mal. Ils pensent qu’ils parlent pas le bon fran­çais, ils ont l’im­pres­sion que per­sonne les com­prend quand ils parlent. Donc c’est plus facile de « swit­cher » en anglais parce que tout le monde parle anglais.The second rea­son why Que­be­cers tend to switch to English is lin­guis­tic inse­cu­ri­ty. That’s a com­plex sub­ject mat­ter which I’ll cover in more detail in a future video. To sum it up, it means that Que­be­cers think they speak bad French. They think their ver­sion of French is bad, and they are under the impres­sion that nobo­dy unders­tands them when they speak. So it’s easier to switch to English because eve­ryone speaks English.
Ils ont les belles fleurs !They have the beau­ti­ful flo­wers !
En théo­rie, en tout cas !At least in theo­ry !
Une troi­sième rai­son pour laquelle un Qué­bé­cois peut vous « swit­cher » en anglais, c’est parce qu’il veut pra­ti­quer son anglais. Dans ce cas-là, ça peut être un peu dif­fi­cile à gérer. Il va fal­loir déci­der qui va pra­ti­quer !A third rea­son why a Que­be­cer might switch to English is because they want to prac­tice their English. That case can be a bit hard to manage. You’ll have to decide who gets to prac­tice !
Et fina­le­ment, une qua­trième rai­son pour laquelle les Qué­bé­cois vont par­fois « swit­cher » en anglais, c’est juste pour que ça aille plus vite. Ils voient que vous êtes pas super à l’aise en fran­çais, ils ont pas le temps de tout expli­quer ou ils veulent pas faire l’ef­fort de com­prendre, alors ils passent à l’an­glais pour que ça soit plus rapide, plus effi­cace.And final­ly, a fourth rea­son why Que­be­cers will some­times switch to English is because it’s just more effi­cient. They see you’re not com­ple­te­ly com­for­table in French, and they don’t have time to explain eve­ry­thing, or they don’t want to make the effort to unders­tand you, so they switch to English because it’s fas­ter, more effi­cient.
Si vous sen­tez que quel­qu’un vous parle en anglais parce qu’il ou elle est trop pressé(e), ou bien que la per­sonne a pas envie de vous aider, c’est mieux de trou­ver quel­qu’un d’autre pour pra­ti­quer. Mais si c’est quel­qu’un qui fait ça juste pour être gen­til, com­ment on fait pour pas se faire « swit­cher » en anglais ?If you feel that someone addresses you in English because they’re in a hur­ry, or because they’re not incli­ned to help you, it’s bet­ter to find someone else to prac­tice your French. But if someone is doing it just to be nice, how do you prevent them from swit­ching to English ?
QuizQuiz
C’est le temps pour une petite ques­tion quiz ! Qu’est-ce que ça veut dire, « prendre une débarque » ? Est-ce que ça veut dire :It’s time for a short quiz ! What does « prendre une débarque » mean ? Does it mean :
Un, des­cendre de l’au­to­bus ?One, to get off the bus ?
Deux, tom­ber ?Two, to fall down ?
Trois, man­ger une col­la­tion rapide ?Three, to eat a quick snack ?
La réponse à la fin de la vidéo !The ans­wer at the end of the video !
Les trucs pour ne pas « swit­cher »Tips to prevent swit­ching
Avant de vous par­ler de trucs spé­ci­fiques pour pas vous faire « swit­cher » en anglais, je veux vous don­ner un petit conseil géné­ral. Quand vous par­lez en fran­çais, essayez pas de faire des phrases par­faites. Lais­sez faire la per­fec­tion, concen­trez-vous sur la com­mu­ni­ca­tion. Si vous com­mu­ni­quez et que vous vous faites com­prendre, les gens vont être moins ten­tés d’u­ti­li­ser l’an­glais pour vous aider. Inquié­tez-vous pas si c’est pas par­fait, vous allez vous amé­lio­rer tout seuls avec la pra­tique.Before I share spe­ci­fic tips to stop people from swit­ching to English, I want to give you a gene­ral piece of advice. When spea­king French, don’t try to form per­fect sen­tences. Don’t strive for per­fec­tion, focus on com­mu­ni­ca­tion. If you com­mu­ni­cate and you make your­self unders­tood, people will be less temp­ted to resort to English in order to help you. Don’t wor­ry if your French isn’t per­fect, you’ll get bet­ter with prac­tice.
Le pre­mier truc pour que les gens vous parlent en fran­çais, c’est très simple : vous avez juste à le deman­der. Main­te­nant que vous savez que les Qué­bé­cois vous parlent en anglais pour être gen­tils, vous allez trou­ver ça moins inti­mi­dant d’in­sis­ter un peu pour pra­ti­quer votre fran­çais. Rap­pe­lez-vous : c’est pas un juge­ment sur votre niveau de fran­çais.The first tip so that people address you in French is quite simple : just ask. Now that you know that Que­be­cers address you in English to be nice, you’ll find it less inti­mi­da­ting to insist a lit­tle to prac­tice your French. Remem­ber : it’s not a judg­ment on your French lan­guage skills.
J’es­saie d’a­mé­lio­rer mon fran­çais. Est-ce qu’on peut conti­nuer en fran­çais, s’il vous plaît ?I’m trying to improve my French. Would it be pos­sible to conti­nue in French, please ?
En géné­ral, ça va faire plai­sir aux gens de vous aider à pra­ti­quer. Il suf­fit d’a­voir le cou­rage d’in­sis­ter.In gene­ral, people will be hap­py to help you prac­tice. You just need the cou­rage to insist a lit­tle.
Ceci dit, il y a des per­sonnes qui auront pas la patience de vous aider, parce qu’ils consi­dèrent qu’ils sont pas profs de fran­çais, c’est pas leur tra­vail. C’est triste mais c’est comme ça ! Il faut res­pec­ter leur choix et trou­ver quel­qu’un d’autre avec qui pra­ti­quer.That being said, some people won’t have the patience to help you because they figure they’re not French tea­chers and it’s not their job to teach you. It’s too bad, but that’s the way it is ! You have to res­pect their deci­sion and find someone else to prac­tice with.
Un deuxième truc, c’est de tout sim­ple­ment conti­nuer en fran­çais. C’est une façon de mon­trer que vous êtes assez à l’aise en fran­çais pour conti­nuer. Lâchez pas !A second tip is to sim­ply keep going in French. It’s a way to demons­trate that you’re com­for­table enough in French to keep going. Don’t give up !
Bon­jour ! Excu­sez-moi. Où est la rue Sainte-Cathe­rine ?Hel­lo ! Excuse me, where is Sainte-Cathe­rine Street ?
Oui, c’est à envi­ron trois rues par là.Yes, it’s about three blocks that way.
Trois coins de rues par là ? Super, mer­ci beau­coup !Three blocks that way ? Great, thanks a lot !
You’re… bien­ve­nue ?You’re… wel­come ?
Le troi­sième truc, c’est d’u­ti­li­ser un peu d’hu­mour. C’est un de mes étu­diants qui m’a dit ça, et ça marche très bien. Vous pou­vez dire :The third tip is to use a lit­tle humor. One of my stu­dents told me about this and it works real­ly well. You can say :
Déso­lée, mais aujourd’­hui, c’est mer­cre­di, et le mer­cre­di, je parle seule­ment en fran­çais !Sor­ry, today is Wed­nes­day, and on Wed­nes­days, I only speak French !
Évi­dem­ment, mon étu­diant uti­lise ce truc tous les jours de la semaine !Of course, my student employs this trick eve­ry day of the week !
Qua­trième truc, faire sem­blant qu’on parle pas anglais.Fourth tip, pre­tend you don’t speak English.
Excu­sez-moi, je ne parle pas anglais.I’m sor­ry, I don’t speak English.
Si vous avez un accent anglais assez pro­non­cé, ça risque de mélan­ger votre inter­lo­cu­teur ou de le faire rire !If you have a rather thick English accent, you’re bound to confuse others or make them laugh !
Excu­sez-moi, je ne parle pas anglais.I’m sor­ry, I don’t speak English.
Un cin­quième truc, c’est de retour­ner sou­vent au même endroit. Par exemple, si vous aimez bien un petit café ou un res­to, retournez‑y à tous les jours et essayez de par­ler en fran­çais avec la per­sonne qui tra­vaille là. Au début, la per­sonne va peut-être avoir peur que vous com­pre­niez pas bien le fran­çais, mais après quelques jours, vous allez pou­voir par­ler de plus en plus avec elle.A fifth tip is to revi­sit the same place often. For ins­tance, if you like a par­ti­cu­lar café or res­tau­rant, visit it again eve­ry day and try to speak French to the per­son wor­king there. Ini­tial­ly, the per­son might be wor­ried that you won’t unders­tand French very well, but after a few days, you’ll be able to speak with them more and more.
Bon­jour Kate­ri­na ! C’est l’heure de la pause-café ?Hel­lo, Kate­ri­na ! Is it time for your cof­fee break ?
Conclu­sionWrap-up
J’es­père que ces petits trucs vont vous aider à par­ler en fran­çais avec les Qué­bé­cois que vous ren­con­trez. Vous allez voir, il suf­fit d’in­sis­ter un petit peu, gen­ti­ment, et d’a­voir confiance en vous. Et la confiance, ça vient avec la pra­tique !I hope these tips will help you speak French with the Que­be­cers you meet. You’ll see, you just have to insist nice­ly a lit­tle and believe in your­self. And self-confi­dence comes with prac­tice !
Au pire aller, si vous arri­vez plus à com­mu­ni­quer, vous pou­vez tou­jours « swit­cher » vous-mêmes à l’an­glais. Mais si vous faites un effort, vous allez amé­lio­rer votre fran­çais de manière natu­relle, rapide et agréable, et dans des contextes pra­tiques. En plus, ça fait vrai­ment plai­sir aux Qué­bé­cois quand vous faites un effort pour par­ler en fran­çais. Les gens sont très fiers de voir qu’on s’in­té­resse à leur langue et qu’on fait l’ef­fort de l’ap­prendre.Worst case sce­na­rio, if you have trouble com­mu­ni­ca­ting, you can always switch to English your­self. But if you make an effort, you’ll improve your French in a natu­ral, quick, and plea­sant way, as well as in use­ful sce­na­rios. Not only that, but it makes Que­be­cers hap­py when you make an effort to speak French. People are real­ly flat­te­red when someone expresses inter­est in their lan­guage and makes an effort to learn it.
Si jamais vous vous sen­tez pas assez solide en fran­çais pour com­mu­ni­quer direc­te­ment en fran­çais, je vous recom­mande quand même de dire « bon­jour » avant de deman­der si c’est pos­sible de par­ler en anglais. C’est une marque de res­pect qui est tou­jours appré­ciée.If you don’t feel confi­dent enough to com­mu­ni­cate direct­ly in French, I still recom­mend that you say « bon­jour » before asking if it’s pos­sible to speak in English. It’s a show of res­pect that is always appre­cia­ted.
Et vous, est-ce que vous avez un truc pour par­ler en fran­çais avec les Qué­bé­cois ? Écri­vez-le dans les com­men­taires, on est curieux !Do you have a tip on how to speak French with Que­be­cers ? Write it in the com­ments below, we want to know !
Une autre façon d’a­mé­lio­rer votre fran­çais de manière natu­relle et agréable, c’est de regar­der du conte­nu en fran­çais facile à com­prendre et qui vous inté­resse. Vous pou­vez visi­ter ma page Patreon pour plus de conte­nu inté­res­sant et facile à com­prendre. Je remer­cie d’ailleurs tous mes abon­nés Patreon qui rendent ces vidéos pos­sibles. Je remer­cie en par­ti­cu­lier mes abon­nés VIP, David et Hea­ther.Ano­ther way to improve your French in a natu­ral and plea­sant man­ner is to watch content in French you find easy to unders­tand and inter­es­ting. You can check out my Patreon for more content that’s inter­es­ting and easy to unders­tand. Spea­king of which, I want to thank all my patrons who make these videos pos­sible. I want to give a spe­cial thanks to my VIP sub­scri­bers, David and Hea­ther.
La réponse à la ques­tion quiz, « prendre une débarque », c’é­tait deux, « tom­ber ». C’est uti­li­sé sur­tout quand on tombe de façon spec­ta­cu­laire ! On peut aus­si dire « prendre une fouille ». Par exemple, si on tombe à vélo :The ans­wer to the quiz, « prendre une débarque, » was two, « to fall down. » It’s most­ly used to des­cribe a spec­ta­cu­lar fall ! You can also say « prendre une fouille. » For ins­tance, if you fall from your bike :
J’ai pris une méchante fouille à bécique !I took a nas­ty fall riding my bike !
Si vous avez aimé cette vidéo, cli­quez sur « j’aime » et abon­nez-vous ! À bien­tôt, pour une autre vidéo « Qué­bé­cois 101 » !If you enjoyed this video, like it and sub­scribe ! See you soon for ano­ther « Qué­bé­cois 101 » video !
Ravie de vous avoir ren­con­trés ! Vous reve­nez pra­ti­quer votre fran­çais quand vous vou­lez !Very nice to meet you ! Come back and prac­tice your French whe­ne­ver you want !

Hélène Cormier

Je m’appelle Hélène, je suis prof de français et je voyage beaucoup. Je fais ces vidéos dans le but d'aider ceux et celles qui apprennent le français. J'espère que vous trouverez mes vidéos intéressantes et qu'elles vous permettront d'améliorer votre compréhension orale dans le plaisir !

Tous les articles

Commentez

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Je m’appelle Hélène, je suis prof de français et je voyage beaucoup. Je fais ces vidéos dans le but d'aider ceux et celles qui apprennent le français. J'espère que vous trouverez mes vidéos intéressantes et qu'elles vous permettront d'améliorer votre compréhension orale dans le plaisir !

Infolettre



Livre de recettes du Québec gratuit!
Free Quebec Cookbook!

Abonnez-vous à notre infolettre et obtenez gratuitement un livre en format PDF de 5 recettes du Québec en français et en anglais!

Subscribe to our newsletter and receive a free PDF ebook with 5 Quebec recipes in French and English!

Nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec quiconque.
We will never share your email with anyone.