Venez décou­vrir de savou­reuses expres­sions qui viennent du monde du hockey !

Transcription

Le hockey, au Qué­bec, c’est presque une reli­gion !

Com­ment ça, « presque » ?

C’est pour ça qu’il y a plu­sieurs expres­sions ins­pi­rées du hockey qui sont pas­sées dans la langue popu­laire. Aujourd’­hui, je vous apprends quelques expres­sions ins­pi­rées du hockey !

Yes ! Je le savais que je por­tais pas ma tuque pour rien !

Bien­ve­nue à « Qué­bé­cois 101 », une série de vidéos pour vous aider à com­prendre le fran­çais qué­bé­cois et cana­dien.

Go, les Cana­diens !

Les expres­sions que je vous apprends aujourd’­hui sont ins­pi­rées du hockey, mais elles s’u­ti­lisent dans la vie de tous les jours.

Dans cette vidéo, je vais uti­li­ser quelques mots de voca­bu­laire qué­bé­cois, incluant quelques mots spé­ci­fiques au hockey. Si vous voyez un mot en bleu, dans les sous-titres, regar­dez dans la des­crip­tion de la vidéo pour une expli­ca­tion.

Bon ! On y va !

« Goa­ler »

Pre­mière expres­sion : « goa­ler ».

Vous devi­nez sûre­ment le sens géné­ral de ce mot, mais ça s’u­ti­lise pas juste au hockey. « Goa­ler », bien sûr, c’est un angli­cisme qui veut dire « gar­der les buts ». Le joueur de hockey qui « goale », c’est le « goa­leur » ou le gar­dien de but.

Carey Price, c’est le meilleur « goa­leur » de la ligue !

Mais de manière géné­rale, « goa­ler », ça veut dire qu’on s’oc­cupe bien de nos affaires.

J’ai fini tous mes devoirs de la semaine ! J’ai vrai­ment « goa­lé » ça.

Quel­qu’un qui « goale », c’est quel­qu’un qui s’en sort très bien sous pres­sion.

Le res­tau­rant était plein à cra­quer mais le ser­veur a vrai­ment « goa­lé » !

Niai­ser avec la « puck »

Deuxième expres­sion : niai­ser avec la « puck ».

La « puck », en fran­çais qué­bé­cois, c’est la ron­delle de hockey. C’est un autre angli­cisme.

Danault a pas­sé la « puck » à Leh­ko­nen pis Leh­ko­nen a « sco­ré » !

Il y a une expres­sion amu­sante qui uti­lise le mot « puck ». Pour par­ler de quel­qu’un qui est vite en affaires, qui est effi­cace, on peut dire « Il niaise pas avec la « puck ». »

Il a déjà fini son tra­vail. Je te dis qu’il niaise pas avec la « puck » !

« Niai­ser », ça veut dire perdre du temps, hési­ter. Donc, quel­qu’un qui niaise pas avec la « puck », c’est quel­qu’un qui va droit au but.

Elle lui a dit exac­te­ment ce qu’elle pen­sait. Elle niaise pas avec la « puck » !

Man­geux « puck »

Troi­sième expres­sion : man­geux de « puck ».

Une autre expres­sion avec « puck » ! Un « man­geux », en fran­çais qué­bé­cois, c’est quel­qu’un qui mange. Mais ici, le sens est figu­ré. « Man­ger », ça veut dire s’ac­ca­pa­rer quelque chose, pas le par­ta­ger avec les autres. Donc, un man­geux de « puck », c’est quel­qu’un qui passe pas la « puck » aux autres, qui la garde pour lui.

Ça donne rien d’être un bon joueur si tu es un man­geux de « puck ».

Au sens géné­ral, donc, un man­geux de « puck », c’est quel­qu’un qui est indi­vi­dua­liste, qui tra­vaille mal en équipe.

J’aime pas ça, tra­vailler en équipe avec lui. C’est vrai­ment un man­geux de « puck ».

Pati­ner

Expres­sion numé­ro quatre : pati­ner.

« Pati­ner », ça veut dire se dépla­cer sur la glace avec des patins. Mais si on est pas très bon en patin, on peut avoir l’air ridi­cule ! Même juste res­ter debout, c’est très dif­fi­cile. Ça nous mène à un sens figu­ré inté­res­sant : « pati­ner », ça veut dire évi­ter les ques­tions, essayer de chan­ger de sujet.

Il m’a deman­dé ce que je pen­sais de son livre. Il a fal­lu que je patine pas mal.

Ça se dit sur­tout quand c’est évident que quel­qu’un essaye de chan­ger le sujet.

C’est ça ! Conti­nue de pati­ner au lieu de me répondre !

Évi­dem­ment, les poli­ti­ciens sont très habiles pour pati­ner !

Je l’aime pas, ce poli­ti­cien-là. Il patine tout le temps au lieu de répondre aux ques­tions.

Quiz

C’est l’heure de la ques­tion quiz ! La ques­tion d’au­jourd’­hui, c’est au sujet d’un mot de voca­bu­laire qui a été inven­té par un entraî­neur célèbre du Cana­dien de Mont­réal.

Qu’est-ce que ça veut dire, « la laine » ?

Est-ce que ça veut dire :

Un, les che­veux ?

Deux : l’in­té­rieur de la cuisse ?

Trois : le chan­dail de hockey ?

La réponse à la fin de la vidéo !

Être vite sur ses patins

Cin­quième expres­sion : être vite sur ses patins.

Après l’ex­pres­sion « pati­ner », voi­ci une deuxième expres­sion à pro­pos des patins. Être « vite sur ses patins », c’est être intel­li­gent, com­prendre vite.

Elle a com­pris l’ex­pli­ca­tion tout de suite. Elle est vrai­ment vite sur ses patins !

Quel­qu’un qui est « pas vite sur ses patins », ça veut dire que cette per­sonne est un petit peu niai­seuse ou qu’elle com­prend pas vite.

Il a pas com­pris la « joke ». Il est pas ben ben vite sur ses patins.

Accro­cher ses patins

Sixième expres­sion : accro­cher ses patins.

Eh oui, une troi­sième expres­sion avec les patins ! Au hockey, « accro­cher ses patins », ça veut dire qu’un joueur prend sa retraite. Il enlève ses patins et les accroche, donc il les uti­li­se­ra « pu ».

Georges Laraque a accro­ché ses patins en 2010.

Mais de nos jours, ça s’ap­plique pas seule­ment au hockey. On peut uti­li­ser l’ex­pres­sion pour par­ler de n’im­porte qui qui prend sa retraite.

Après 30 ans à la même « job », mon cou­sin a déci­dé d’ac­cro­cher ses patins.

Tra­vailler fort dans les coins

Sep­tième expres­sion : tra­vailler fort dans les coins.

Au hockey, un aspect dif­fi­cile du jeu, c’est les coins arron­dis de la pati­noire. Quand on est dans un coin, un autre joueur peut venir nous enle­ver la « puck » ou nous faire une mise en échec. Donc, un joueur qui tra­vaille fort dans les coins, c’est un joueur qui joue avec beau­coup d’éner­gie dans tous les aspects du jeu, même les détails.

Ils ont réus­si à mar­quer un but, mais ils ont été obli­gés de tra­vailler fort « din » coins.

Au Qué­bec, on uti­lise cette expres­sion pour par­ler de quel­qu’un qui a tout don­né, qui a mis vrai­ment beau­coup d’ef­forts pour réus­sir.

J’ai réus­si mon exa­men mais il a fal­lu que je tra­vaille fort « din » coins.

Ça peut aus­si vou­loir dire qu’une per­sonne hésite pas à faire beau­coup d’ef­forts pour réus­sir.

Il y a beau­coup de com­pé­ti­tion cette année. Il va fal­loir tra­vailler fort « din » coins !

Don­ner son 110 %

Hui­tième expres­sion : don­ner son 110 %.

Ça, c’est une autre belle expres­sion qui vient du hockey ! Quel­qu’un qui donne son 110 %, c’est quel­qu’un qui donne vrai­ment toute son éner­gie pour réus­sir. C’est comme si, par miracle, un joueur arri­vait à don­ner plus que 100 % de ses capa­ci­tés.

Carey Price, il a vrai­ment don­né son 110 % contre Vegas.

De nos jours, ça s’u­ti­lise pour par­ler d’une per­sonne qui a vrai­ment mis tous les efforts pour réus­sir.

Jeanne nous a vrai­ment cui­si­né un bon sou­per. Elle a don­né son 110 %.

Conclu­sion

J’es­père que vous avez aimé décou­vrir ces quelques expres­sions colo­rées ins­pi­rées du hockey. Ça montre vrai­ment à quel point le hockey, au Qué­bec et au Cana­da, ça pas­sionne les gens ! En pas­sant, faites atten­tion com­ment vous uti­li­sez ces expres­sions. Cer­taines sont très colo­rées et infor­melles, donc c’est pas appro­prié dans tous les contextes. Mais main­te­nant que vous les connais­sez, vous ris­quez de les entendre sou­vent.

Sur­tout quand les Cana­diens se rendent en finale !

Si vous avez aimé cette vidéo, s’il vous plaît, cli­quez sur « j’aime ». Ça va aider d’autres per­sonnes qui apprennent le fran­çais qué­bé­cois à décou­vrir mes vidéos.

Pour plus de conte­nu en fran­çais facile à com­prendre, visi­tez ma page Patreon ! Je remer­cie d’ailleurs tous ceux et celles qui rendent ces vidéos pos­sibles ! Je remer­cie en par­ti­cu­lier mes abon­nés VIP : Brid­get, David, Ellen, Hea­ther, Jin-Hee, Leanne, Maria et Paul !

La réponse à la ques­tion quiz, c’é­tait deux, l’in­té­rieur de la cuisse. En fait, ça veut dire « l’aine ».

J’ai trop fait de bicycle hier. J’ai mal à la laine !

Comme je le disais plus tôt, c’est Pat Burns, un célèbre entraî­neur du Cana­dien de Mont­réal entre 1988 et 1992, qui a uti­li­sé ce terme pen­dant une entre­vue. Un de ses joueurs était bles­sé à l’aine, à l’en­tre­jambe, mais Pat Burns connais­sait pas le mot « aine ». Il a enten­du « l’aine », et donc il a pen­sé qu’il s’é­tait fait mal à « la laine ». « La laine » au lieu de « l’aine ». Il a ensuite dit quelque chose qui est deve­nu une cita­tion célèbre :

« C’est médi­cal pis ça fait mal ! »

À bien­tôt pour la pro­chaine vidéo « Qué­bé­cois 101 » !

Vocabulaire québécois

Qué­bé­coisFran­çaisEnglish
Un bicycleun véloA bicycle
Un chan­dail de hockeyun maillot de hockeyA hockey jer­sey
Dindans les (contrac­tion infor­melle)In the (contrac­tion of « dans les »)
Goallez, inter­jec­tion (angli­cisme)Go, inter­jec­tion (angli­cism)
Goa­lergar­der les buts (angli­cisme)To tend the net (angli­cism)
Le goa­leurle gar­dien de but (angli­cisme)The goa­lie (angli­cism)
Une jobun emploi (angli­cisme)A job (angli­cism)
Une jokeune blague (angli­cisme)A joke (angli­cism)
Niai­serperdre du tempsTo waste time
Un niai­seux, une niai­seuseun idiot, une idioteAn idiot
Un man­geux, une man­geusequel­qu’un qui mange (rare­ment uti­li­sé)Someone who eats (rare)
Pas ben benpas beau­coup (pro­non­cia­tion fami­lière de « pas bien bien »)Not very (infor­mal pro­nun­cia­tion of « pas bien bien »)
Piset (pro­non­cia­tion fami­lière de « et puis »)And (infor­mal pro­nun­cia­tion of « et puis »)
Puplus (pro­non­cia­tion fami­lière)Not any­more (infor­mal pro­nun­cia­tion of « plus »)
La puckle palet (angli­cisme)The puck (angli­cism)
La ron­dellele paletThe puck
Sco­rermar­quer un but (angli­cisme)To score (angli­cism)
Une tuqueun bon­net de laineA wool cap (in Cana­da, « a tuque »)
Yes !Super!, inter­jec­tion (angli­cisme)Yeah!, inter­jec­tion (angli­cism)

Traduction

Fran­çaisEnglish
Le hockey, au Qué­bec, c’est presque une reli­gion !In Que­bec, hockey is almost a reli­gion !
Com­ment ça, « presque » ?What do you mean, « almost » ?
C’est pour ça qu’il y a plu­sieurs expres­sions ins­pi­rées du hockey qui sont pas­sées dans la langue popu­laire. Aujourd’­hui, je vous apprends quelques expres­sions ins­pi­rées du hockey !That’s why there are many hockey-ins­pi­red idio­ma­tic expres­sions that have become com­mon par­lance. Today, I’ll tell you about a few expres­sions ins­pi­red by hockey !
Yes ! Je le savais que je por­tais pas ma tuque pour rien !Alright ! I knew I put on my tuque for a rea­son !
Bien­ve­nue à « Qué­bé­cois 101 », une série de vidéos pour vous aider à com­prendre le fran­çais qué­bé­cois et cana­dien.Wel­come to « Qué­bé­cois 101, » a video series to help you unders­tand Que­bec and Cana­dian French.
Go, les Cana­diens !Go Habs !
Les expres­sions que je vous apprends aujourd’­hui sont ins­pi­rées du hockey, mais elles s’u­ti­lisent dans la vie de tous les jours.The expres­sions I’ll tell you about today were ins­pi­red by hockey par­lance, but they’re now used in eve­ry­day life.
Dans cette vidéo, je vais uti­li­ser quelques mots de voca­bu­laire qué­bé­cois, incluant quelques mots spé­ci­fiques au hockey. Si vous voyez un mot en bleu, dans les sous-titres, regar­dez dans la des­crip­tion de la vidéo pour une expli­ca­tion.In this video, I’ll use a few Que­bec French words, inclu­ding some that are spe­ci­fic to hockey. If you see a word in blue in the cap­tions, check out the video des­crip­tion for an expla­na­tion.
Bon ! On y va !Alright, let’s go !
« Goa­ler »To keep the net
Pre­mière expres­sion : « goa­ler ».First expres­sion : « goa­ler. »
Vous devi­nez sûre­ment le sens géné­ral de ce mot, mais ça s’u­ti­lise pas juste au hockey. « Goa­ler », bien sûr, c’est un angli­cisme qui veut dire « gar­der les buts ». Le joueur de hockey qui « goale », c’est le « goa­leur » ou le gar­dien de but.You can pro­ba­bly guess the gene­ral mea­ning of this word, but it’s not just used in hockey. « Goa­ler » is an angli­cism, obvious­ly, which means « to tend the net. » The hockey player who « goale » is cal­led the « goa­leur » or the « gar­dien de but. »
Carey Price, c’est le meilleur « goa­leur » de la ligue !Carey Price is the best goa­ler in the NHL !
Mais de manière géné­rale, « goa­ler », ça veut dire qu’on s’oc­cupe bien de nos affaires.But in gene­ral, « goa­ler » means to take care of busi­ness.
J’ai fini tous mes devoirs de la semaine ! J’ai vrai­ment « goa­lé » ça.I’m done with my home­work for the week ! I real­ly took care of busi­ness.
Quel­qu’un qui « goale », c’est quel­qu’un qui s’en sort très bien sous pres­sion.Someone who « goale » is someone who per­forms real­ly well under pres­sure.
Le res­tau­rant était plein à cra­quer mais le ser­veur a vrai­ment « goa­lé » !The res­tau­rant was packed, but the wai­ter real­ly took care of busi­ness !
Niai­ser avec la « puck »Mess around with the puck
Deuxième expres­sion : niai­ser avec la « puck ».Second expres­sion : « niai­ser avec la ‘puck’. »
La « puck », en fran­çais qué­bé­cois, c’est la ron­delle de hockey. C’est un autre angli­cisme.La puck, in Que­bec French, is the hockey puck. It’s ano­ther angli­cism.
Danault a pas­sé la « puck » à Leh­ko­nen pis Leh­ko­nen a « sco­ré » !Danault pas­sed the puck to Leh­ko­nen, and Leh­ko­nen sco­red !
Il y a une expres­sion amu­sante qui uti­lise le mot « puck ». Pour par­ler de quel­qu’un qui est vite en affaires, qui est effi­cace, on peut dire « Il niaise pas avec la « puck ». »The­re’s a fun­ny expres­sion with the word « puck. » To talk about someone who takes care of busi­ness swift­ly, who’s effi­cient, you might say, « He doesn’t mess around with the puck. »
Il a déjà fini son tra­vail. Je te dis qu’il niaise pas avec la « puck » !He’s alrea­dy done with his assi­gn­ment. He real­ly doesn’t mess around !
« Niai­ser », ça veut dire perdre du temps, hési­ter. Donc, quel­qu’un qui niaise pas avec la « puck », c’est quel­qu’un qui va droit au but.Niai­ser means to waste time, to hesi­tate. So, someone who doesn’t mess around with the puck is someone who gets straight to the point.
Elle lui a dit exac­te­ment ce qu’elle pen­sait. Elle niaise pas avec la « puck » !She gave him a piece of her mind. She real­ly doesn’t mess around !
Man­geux « puck »Puck eater
Troi­sième expres­sion : man­geux de « puck ».Third expres­sion : « man­geux de puck. »
Une autre expres­sion avec « puck » ! Un « man­geux », en fran­çais qué­bé­cois, c’est quel­qu’un qui mange. Mais ici, le sens est figu­ré. « Man­ger », ça veut dire s’ac­ca­pa­rer quelque chose, pas le par­ta­ger avec les autres. Donc, un man­geux de « puck », c’est quel­qu’un qui passe pas la « puck » aux autres, qui la garde pour lui.Yet ano­ther expres­sion with « puck » ! In Que­bec French, a « man­geux » is someone who eats. But the mea­ning here is figu­ra­tive. « Man­ger » means to latch onto some­thing, to refuse to share it with others. So, a « puck eater » is someone who won’t pass the puck, who keeps it for them­selves.
Ça donne rien d’être un bon joueur si tu es un man­geux de « puck ».A player’s skills don’t mat­ter if they’re not a team player.
Au sens géné­ral, donc, un man­geux de « puck », c’est quel­qu’un qui est indi­vi­dua­liste, qui tra­vaille mal en équipe.In gene­ral, a « puck eater » is someone who is indi­vi­dua­lis­tic, who is not a team player.
J’aime pas ça, tra­vailler en équipe avec lui. C’est vrai­ment un man­geux de « puck ».I don’t like doing team pro­jects with him. He doesn’t work well with others.
Pati­nerTo skate
Expres­sion numé­ro quatre : pati­ner.Expres­sion num­ber four : « pati­ner. »
« Pati­ner », ça veut dire se dépla­cer sur la glace avec des patins. Mais si on est pas très bon en patin, on peut avoir l’air ridi­cule ! Même juste res­ter debout, c’est très dif­fi­cile. Ça nous mène à un sens figu­ré inté­res­sant : « pati­ner », ça veut dire évi­ter les ques­tions, essayer de chan­ger de sujet.Pati­ner means to move on the ice with skates. But if you’re not skilled with ice skates, you might end up loo­king silly ! The very act of remai­ning upright can be a chal­lenge. Which brings us to an inter­es­ting figu­ra­tive mea­ning : « pati­ner » means to avoid ans­we­ring ques­tions, to try and change the sub­ject.
Il m’a deman­dé ce que je pen­sais de son livre. Il a fal­lu que je patine pas mal.He asked me what I thought of his book. I had to work hard to dodge his ques­tions.
Ça se dit sur­tout quand c’est évident que quel­qu’un essaye de chan­ger le sujet.It’s usual­ly said when it’s obvious that someone is trying to change the sub­ject.
C’est ça ! Conti­nue de pati­ner au lieu de me répondre !Sure, don’t ans­wer me ! Just keep dod­ging the ques­tion !
Évi­dem­ment, les poli­ti­ciens sont très habiles pour pati­ner !It goes without saying that poli­ti­cians are quite skilled at « ska­ting » !
Je l’aime pas, ce poli­ti­cien-là. Il patine tout le temps au lieu de répondre aux ques­tions.I hate that poli­ti­cian. He just keeps dod­ging ques­tions.
QuizQuiz
C’est l’heure de la ques­tion quiz ! La ques­tion d’au­jourd’­hui, c’est au sujet d’un mot de voca­bu­laire qui a été inven­té par un entraî­neur célèbre du Cana­dien de Mont­réal.It’s time for a short quiz ! Today’s topic is a voca­bu­la­ry word that was inven­ted by a famous Mon­treal Cana­diens coach.
Qu’est-ce que ça veut dire, « la laine » ?What does « la laine » mean ?
Est-ce que ça veut dire :Does it mean :
Un, les che­veux ?One, the hair ?
Deux : l’in­té­rieur de la cuisse ?Two : the inside of the thigh ?
Trois : le chan­dail de hockey ?Three : the hockey jer­sey ?
La réponse à la fin de la vidéo !The ans­wer at the end of the video !
Être vite sur ses patinsTo be quick on your skates
Cin­quième expres­sion : être vite sur ses patins.Fifth expres­sion : « être vite sur ses patins. »
Après l’ex­pres­sion « pati­ner », voi­ci une deuxième expres­sion à pro­pos des patins. Être « vite sur ses patins », c’est être intel­li­gent, com­prendre vite.After the expres­sion « pati­ner, » here’s ano­ther expres­sion about skates. To be « quick on your skates » means to be sharp, to grasp new concepts qui­ck­ly.
Elle a com­pris l’ex­pli­ca­tion tout de suite. Elle est vrai­ment vite sur ses patins !She unders­tood the expla­na­tion right away. She’s real­ly sharp !
Quel­qu’un qui est « pas vite sur ses patins », ça veut dire que cette per­sonne est un petit peu niai­seuse ou qu’elle com­prend pas vite.When someone is « slow on their skates, » it means that per­son is a lit­tle dumb, that they’re slow on the uptake.
Il a pas com­pris la « joke ». Il est pas ben ben vite sur ses patins.He didn’t get the joke. He’s a bit slow to catch on.
Accro­cher ses patinsHang up your skates
Sixième expres­sion : accro­cher ses patins.Sixth expres­sion : « accro­cher ses patins. »
Eh oui, une troi­sième expres­sion avec les patins ! Au hockey, « accro­cher ses patins », ça veut dire qu’un joueur prend sa retraite. Il enlève ses patins et les accroche, donc il les uti­li­se­ra « pu ».That’s right, a third expres­sion about ice skates ! In hockey, « to hang up one’s skates » means a player is reti­ring from the game. They take off their skates and hang them, so they won’t use them any­more.
Georges Laraque a accro­ché ses patins en 2010.Georges Laraque hung up his skates in 2010.
Mais de nos jours, ça s’ap­plique pas seule­ment au hockey. On peut uti­li­ser l’ex­pres­sion pour par­ler de n’im­porte qui qui prend sa retraite.But these days, it’s not just used in hockey. You can use the expres­sion to talk about anyone who is reti­ring.
Après 30 ans à la même « job », mon cou­sin a déci­dé d’ac­cro­cher ses patins.After 30 years in the same job, my cou­sin deci­ded to retire.
Tra­vailler fort dans les coinsWork hard in the cor­ners
Sep­tième expres­sion : tra­vailler fort dans les coins.Seventh expres­sion : « tra­vailler fort dans les coins. »
Au hockey, un aspect dif­fi­cile du jeu, c’est les coins arron­dis de la pati­noire. Quand on est dans un coin, un autre joueur peut venir nous enle­ver la « puck » ou nous faire une mise en échec. Donc, un joueur qui tra­vaille fort dans les coins, c’est un joueur qui joue avec beau­coup d’éner­gie dans tous les aspects du jeu, même les détails.In hockey, a dif­fi­cult aspect of the game concerns the roun­ded cor­ners of the ice. When you’re in a cor­ner, ano­ther player can come and steal the puck from you or body check you. Thus, a player who « works hard in the cor­ners » is a player who shows deter­mi­na­tion in all aspects of the game, inclu­ding the small stuff.
Ils ont réus­si à mar­quer un but, mais ils ont été obli­gés de tra­vailler fort « din » coins.They mana­ged to score a goal, but they had to redouble their efforts to pull it off.
Au Qué­bec, on uti­lise cette expres­sion pour par­ler de quel­qu’un qui a tout don­né, qui a mis vrai­ment beau­coup d’ef­forts pour réus­sir.In Que­bec, we use this expres­sion to talk about someone who gave it their all, who made an extra­or­di­na­ry effort to suc­ceed.
J’ai réus­si mon exa­men mais il a fal­lu que je tra­vaille fort « din » coins.I pas­sed my exam, but I had to work my butt off.
Ça peut aus­si vou­loir dire qu’une per­sonne hésite pas à faire beau­coup d’ef­forts pour réus­sir.It can also mean someone doesn’t think twice about giving it their all to suc­ceed.
Il y a beau­coup de com­pé­ti­tion cette année. Il va fal­loir tra­vailler fort « din » coins !The­re’s a lot of com­pe­ti­tion this year. We’ll have to give it our all !
Don­ner son 110 %To give your 110%
Hui­tième expres­sion : don­ner son 110 %.Eighth expres­sion : « don­ner son 110%. »
Ça, c’est une autre belle expres­sion qui vient du hockey ! Quel­qu’un qui donne son 110 %, c’est quel­qu’un qui donne vrai­ment toute son éner­gie pour réus­sir. C’est comme si, par miracle, un joueur arri­vait à don­ner plus que 100 % de ses capa­ci­tés.Ano­ther nif­ty expres­sion from the world of hockey ! Someone who gives their 110% is someone who real­ly gives it eve­ry­thing they have to suc­ceed. It’s as if, by some miracle, a player mana­ged to per­form above 100% of their capa­bi­li­ties.
Carey Price, il a vrai­ment don­né son 110 % contre Vegas.Carey Price real­ly gave it his all against Vegas.
De nos jours, ça s’u­ti­lise pour par­ler d’une per­sonne qui a vrai­ment mis tous les efforts pour réus­sir.These days, it can be used to des­cribe someone who real­ly gave their all to suc­ceed.
Jeanne nous a vrai­ment cui­si­né un bon sou­per. Elle a don­né son 110 %.Jeanne real­ly cooked up a storm. She gave it her all.
Conclu­sionWrap-up
J’es­père que vous avez aimé décou­vrir ces quelques expres­sions colo­rées ins­pi­rées du hockey. Ça montre vrai­ment à quel point le hockey, au Qué­bec et au Cana­da, ça pas­sionne les gens ! En pas­sant, faites atten­tion com­ment vous uti­li­sez ces expres­sions. Cer­taines sont très colo­rées et infor­melles, donc c’est pas appro­prié dans tous les contextes. Mais main­te­nant que vous les connais­sez, vous ris­quez de les entendre sou­vent.I hope you enjoyed lear­ning about these color­ful expres­sions ins­pi­red by hockey. It real­ly shows how belo­ved hockey is in Que­bec and in Cana­da. By the way, be care­ful about using these expres­sions. Some are quite color­ful and infor­mal, so they’re not appro­priate in all cir­cum­stances. But now that you know them, you’ll like­ly hear them often.
Sur­tout quand les Cana­diens se rendent en finale !Espe­cial­ly when the Habs make it to the finals !
Si vous avez aimé cette vidéo, s’il vous plaît, cli­quez sur « j’aime ». Ça va aider d’autres per­sonnes qui apprennent le fran­çais qué­bé­cois à décou­vrir mes vidéos.If you liked this video, please give it a like. It will help other people who want to learn Que­bec French dis­co­ver my videos.
Pour plus de conte­nu en fran­çais facile à com­prendre, visi­tez ma page Patreon ! Je remer­cie d’ailleurs tous ceux et celles qui rendent ces vidéos pos­sibles ! Je remer­cie en par­ti­cu­lier mes abon­nés VIP : Brid­get, David, Ellen, Hea­ther, Jin-Hee, Leanne, Maria et Paul !For more easy-to-unders­tand content in French, check out my Patreon ! Spea­king of which, I want to thank eve­ryone who make these videos pos­sible ! I want to give a spe­cial thanks to my VIP patrons : Brid­get, David, Ellen, Hea­ther, Jin-Hee, Leanne, Maria, and Paul !
La réponse à la ques­tion quiz, c’é­tait deux, l’in­té­rieur de la cuisse. En fait, ça veut dire « l’aine ».The ans­wer to the quiz was two, the inside of the thigh. Actual­ly, it means « the groin. »
J’ai trop fait de bicycle hier. J’ai mal à la laine !I cycled too much yes­ter­day. My groin muscles hurt !
Comme je le disais plus tôt, c’est Pat Burns, un célèbre entraî­neur du Cana­dien de Mont­réal entre 1988 et 1992, qui a uti­li­sé ce terme pen­dant une entre­vue. Un de ses joueurs était bles­sé à l’aine, à l’en­tre­jambe, mais Pat Burns connais­sait pas le mot « aine ». Il a enten­du « l’aine », et donc il a pen­sé qu’il s’é­tait fait mal à « la laine ». « La laine » au lieu de « l’aine ». Il a ensuite dit quelque chose qui est deve­nu une cita­tion célèbre :As I said ear­lier, it was the great Pat Burns, who coa­ched the Mon­treal Cana­diens bet­ween 1988 and 1992, who coi­ned the term during an inter­view. One of his players was hurt in « l’aine, » the groin, but Pat Burns didn’t know the word « aine. » He heard « l’aine » and he thought that the guy was hurt in « la laine. » « La laine » ins­tead of « l’aine. » He then said some­thing that became one of his famous quotes :
« C’est médi­cal pis ça fait mal ! »« It’s medi­cal and it hurts ! »
À bien­tôt pour la pro­chaine vidéo « Qué­bé­cois 101 » !See you soon for the next « Qué­bé­cois 101 » video !

Sous-titres optionnels

Hélène Cormier

Je m’appelle Hélène, je suis prof de français et je voyage beaucoup. Je fais ces vidéos dans le but d'aider ceux et celles qui apprennent le français. J'espère que vous trouverez mes vidéos intéressantes et qu'elles vous permettront d'améliorer votre compréhension orale dans le plaisir !

Tous les articles

Commentez

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Je m’appelle Hélène, je suis prof de français et je voyage beaucoup. Je fais ces vidéos dans le but d'aider ceux et celles qui apprennent le français. J'espère que vous trouverez mes vidéos intéressantes et qu'elles vous permettront d'améliorer votre compréhension orale dans le plaisir !

Infolettre



Livre de recettes du Québec gratuit!
Free Quebec Cookbook!

Abonnez-vous à notre infolettre et obtenez gratuitement un livre en format PDF de 5 recettes du Québec en français et en anglais!

Subscribe to our newsletter and receive a free PDF ebook with 5 Quebec recipes in French and English!

Nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec quiconque.
We will never share your email with anyone.