Aujourd’­hui, je vous explique la manière la plus facile et effi­cace d’ap­prendre le fran­çais qué­bé­cois… ou n’im­porte quelle autre langue !

Il s’a­git de l’in­put com­pré­hen­sible ou input opti­mal, un concept tiré de la théo­rie de l’ac­qui­si­tion des langues secondes de Ste­phen Kra­shen. Les approches d’en­sei­gne­ment basées sur l’in­put com­pré­hen­sible incluent le TPRS, les « One Word Images » et le « Sto­ry Lis­te­ning ».

Dans cette vidéo, j’ex­plique ce qu’est l’in­put com­pré­hen­sible, com­ment l’u­ti­li­ser pour apprendre le fran­çais qué­bé­cois, ce qu’est le filtre affec­tif et com­ment réduire son impact, ain­si que com­ment uti­li­ser You­Tube pour décou­vrir encore plus de conte­nu com­pré­hen­sible.

Transcription

Si vous essayez d’ap­prendre le fran­çais qué­bé­cois, vous savez que c’est dif­fi­cile, apprendre une langue. Le qué­bé­cois est par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­cile parce que c’est un niveau de langue fami­lier.

Mais il existe une tech­nique infaillible pour apprendre une langue. Ça s’ap­pelle l’in­put com­pré­hen­sible ! Non seule­ment vous allez apprendre le fran­çais qué­bé­cois faci­le­ment avec cette méthode, mais vous pou­vez apprendre n’im­porte quelle langue !

Si vous vou­lez apprendre l’es­pa­gnol, c’est pos­sible, aus­si !

Si tu veux apprendre le man­da­rin, c’est aus­si pos­sible !

Bien­ve­nue à Qué­bé­cois 101, une série de vidéos pour vous aider à com­prendre le fran­çais qué­bé­cois et cana­dien. Aujourd’­hui, je vous donne le truc magique pour apprendre une nou­velle langue. Ça marche pour le qué­bé­cois, mais ça marche aus­si pour n’im­porte quelle langue que vous vou­lez apprendre.

Non, c’est pas une arnaque ! C’est une vraie méthode basée sur des années de recherche.

L’in­put com­pré­hen­sible, c’est quoi ?

Mais c’est quoi, au juste, l’in­put com­pré­hen­sible ?

L’in­put com­pré­hen­sible, c’est une des cinq hypo­thèses de la théo­rie de Ste­phen Kra­shen sur l’ac­qui­si­tion des langues secondes.

Dans les bonnes condi­tions, avec de l’in­put opti­mal, nous sommes tous doués pour l’ac­qui­si­tion des langues. Per­sonne n’est meilleur que les autres.

Il y a plu­sieurs méthodes ou approches d’en­sei­gne­ment qui sont basées sur cette théo­rie.

Par exemple, le TPRS :

« Je te trouve sym­pa. » Lucas : « Je te trouve sym­pa. » Lucas, tu dis à Lydia : « Je te trouve sym­pa, Lydia. »

Il y a le « One Word Images ».

— La licorne est noire, oui ou non ?
— Non !
— La licorne est verte ?
— Non !

Et il y a le « Sto­ry Lis­te­ning » !

Sophie adore aller au super­mar­ché. Elle va au super­mar­ché tous les jours.

En gros, selon la théo­rie de Kra­shen, si on veut par­ler une langue, il faut écou­ter. C’est ça qui est vrai­ment impor­tant, écou­ter beau­coup. Autre­ment dit, tout ce dont vous avez besoin pour acqué­rir une langue, c’est de l’in­put com­pré­hen­sible, c’est-à-dire écou­ter des mes­sages que vous com­pre­nez.

Vous avez peut-être remar­qué que j’ai dit « acqué­rir » et non « apprendre ». Pour Kra­shen, c’est deux choses dif­fé­rentes. Apprendre une langue, c’est l’é­tu­dier. C’est quand on mémo­rise du voca­bu­laire, quand on étu­die la gram­maire. Par contre, acqué­rir une langue, c’est un tra­vail incons­cient ou, en fait, c’est au niveau sub­cons­cient. On acquiert une langue sans s’en rendre compte. C’est comme de la magie !

Il suf­fit d’é­cou­ter des choses qu’on com­prend et qui nous inté­ressent, et le cer­veau, le sub­cons­cient, fait le tra­vail d’ac­qui­si­tion tout seul. D’ailleurs, c’est comme ça que vous avez appris votre langue mater­nelle.

Selon la théo­rie du pro­fes­seur Kra­shen, la chose la plus impor­tante, la seule chose qui est vrai­ment néces­saire pour apprendre à par­ler une langue, c’est l’ac­qui­si­tion. Si vous vou­lez, vous pou­vez mémo­ri­ser du voca­bu­laire ou étu­dier la gram­maire. Il y a des per­sonnes qui trouvent ça utile et inté­res­sant. C’est beau ! Mais ce que dit la théo­rie du pro­fes­seur Kra­shen, c’est que c’est pas néces­saire de faire ça. Tout ce qui est impor­tant, tout ce qui compte, c’est l’in­put com­pré­hen­sible.

T’es-tu en train de me dire que j’é­tu­die la gram­maire de l’es­pa­gnol pour rien ?

Eh oui ! Je vous l’a­vais dit que c’é­tait magique !

Com­ment uti­li­ser l’in­put com­pré­hen­sible

Main­te­nant que vous savez un peu c’est quoi, l’in­put com­pré­hen­sible, vous vous deman­dez sûre­ment com­ment faire. C’est ce que je vous explique dans toutes mes vidéos Qué­bé­cois 101 !

Étape un : écou­tez du conte­nu en fran­çais qué­bé­cois qui vous inté­resse et que vous trou­vez facile à com­prendre.

Étape deux : il y a pas d’é­tape deux ! Tout ce que vous avez à faire, c’est d’é­cou­ter du conte­nu inté­res­sant et facile à com­prendre. Beau­coup de conte­nu inté­res­sant et facile à com­prendre.

Du conte­nu inté­res­sant, c’est n’im­porte quoi que vous trou­vez inté­res­sant ou amu­sant.

Vous aimez la cui­sine ? Écou­tez des vidéos en qué­bé­cois sur la cui­sine !

Bien impor­tant : quand vous met­tez vos pâtes, res­tez à côté deux minutes le temps qu’elles soient toutes immer­gées sous l’eau et que vous ayez pu bien la remuer.

Vous aimez rire ? Écou­tez des comé­dies !

— T’es dégui­sé en quoi, toi ?
— Ben, en clown !
— Moi aus­si, moi aus­si !
— Oh boy ! C’est mini­ma­liste, votre affaire !

Si vous aimez la musique, écou­tez des chan­sons et lisez les paroles !

Ou pour­quoi pas un bon film ou une bonne série télé ?

Pis j’ai­me­rais vrai­ment ça t’in­vi­ter à sou­per, un soir. Heille, c’est même pas obli­gé d’être tout de suite, là. Ça peut être dans quelques semaines, si tu veux.

Il y a même des jeux vidéo qui sont dis­po­nibles en fran­çais qué­bé­cois.

Tant qu’à vivre à mes dépens, mon Ti-Jos, aus­si bien te rendre utile. Fais-le fuir. Pen­dant ce temps-là, je vais faire chauf­fer du thé pour la sœur.

Ça peut aus­si être des vidéos You­Tube, bien sûr. Comme une cer­taine chaîne You­Tube que vous connais­sez peut-être ?

Mais qu’est-ce que ça veut dire, exac­te­ment, « facile à com­prendre » ? Le conte­nu idéal pour apprendre, c’est du conte­nu que vous com­pre­nez assez bien, mais qui est juste un petit peu dif­fi­cile pour vous. Si vous arri­vez à com­prendre assez bien mais que vous com­pre­nez pas abso­lu­ment tout, ça veut dire que c’est idéal. Ça veut dire que vous allez apprendre des petites choses.

Quiz

C’est le temps pour une petite ques­tion quiz !

Qu’est-ce que ça veut dire, « faire un voyage de lâche » ?

Est-ce que ça veut dire :

Un : « se sau­ver dis­crè­te­ment » ?

Deux : « res­ter chez soi pen­dant les vacances » ?

Trois : « appor­ter trop de choses en même temps » ?

La réponse à la fin de la vidéo !

Le filtre affec­tif

Mais si ça prend juste de l’in­put com­pré­hen­sible pour apprendre une langue, com­ment ça se fait que cer­taines per­sonnes arrivent jamais à par­ler ? C’est à cause d’un phé­no­mène que le pro­fes­seur Kra­shen appelle le filtre affec­tif.

Vous allez jamais réus­sir à par­ler le fran­çais qué­bé­cois !

Le filtre affec­tif, c’est les émo­tions qui vous empêchent d’ac­qué­rir une langue. Selon le pro­fes­seur Kra­shen, votre capa­ci­té à apprendre une langue va être limi­tée si vous res­sen­tez des émo­tions néga­tives asso­ciées à votre appren­tis­sage. Le filtre affec­tif, c’est la petite voix désa­gréable qui vous dit que vous pou­vez pas réus­sir.

Si tu fais une erreur, tout le monde va rire de toi !
T’es-tu sûre que tu conjugues tes verbes comme il faut ?

C’est pour ça que c’est impor­tant d’é­cou­ter du conte­nu qui vous inté­resse. Ça fait bais­ser le filtre affec­tif. Si vous êtes moti­vé et que vous avez du « fun » à apprendre, ça, c’est un aspect posi­tif qui va aider votre appren­tis­sage.

— T’es clai­re­ment pas assez intel­li­gente pour apprendre une nou­velle langue !
— Chut ! Tu vois bien que j’é­coute un film !
— Mais…

Si vous avez de la dif­fi­cul­té à apprendre une langue, concen­trez-vous sur l’é­coute de choses agréables et inté­res­santes. Si vous avez du plai­sir à écou­ter quelque chose, vous allez apprendre sans vous en rendre compte. C’est pour ça que j’es­saie de vous diver­tir pen­dant que vous appre­nez !

Trucs You­Tube

Bien sûr, vous pou­vez uti­li­ser n’im­porte quelle sorte d’in­put com­pré­hen­sible pour apprendre. Mais You­Tube offre quelques avan­tages de plus.

Si vous trou­vez une vidéo trop rapide, vous pou­vez la ralen­tir. Cli­quez sur la petite roue en bas à droite de la vidéo, et cli­quez sur « Play­back speed ». Vous pou­vez ralen­tir une vidéo si vous la trou­vez trop rapide.

Les sous-titres aident énor­mé­ment, aus­si. Pour com­men­cer, essayez d’é­cou­ter la vidéo sans les sous-titres et essayez de com­prendre. Ensuite, si vous com­pre­nez pas tout, met­tez les sous-titres en fran­çais et réécou­tez la vidéo pour voir si vous com­pre­nez mieux. Fina­le­ment, s’il y a encore des choses que vous com­pre­nez pas, met­tez les sous-titres en anglais. Ça va vous per­mettre de tout com­prendre et même d’ap­prendre des nou­veaux mots de voca­bu­laire.

Une chose qui aide, aus­si, c’est de regar­der la trans­crip­tion. Cli­quez sur les trois petits points en bas à droite de la vidéo, et cli­quez sur « Open trans­cript ». Vous pou­vez ouvrir la trans­crip­tion dans une langue et avoir les sous-titres dans l’autre langue, et ça va avan­cer en même temps. C’est magique !

Conclu­sion

J’es­père que vous avez trou­vé cette vidéo inté­res­sante et com­pré­hen­sible ! Si vous avez aimé cette vidéo, cli­quez sur « j’aime ». Ça va aider d’autres per­sonnes à décou­vrir mes vidéos.

L’in­put com­pré­hen­sible, c’est vrai­ment la manière la plus effi­cace et la plus amu­sante pour apprendre une langue. Trou­vez des vidéos sur des sujets qui vous inté­ressent et regar­dez les sous-titres, au besoin, et relaxez ! Ça va venir tout seul.

Si vous regar­dez sur ma chaîne You­Tube, vous allez trou­ver des tonnes de vidéos en fran­çais plus facile à com­prendre. Je crée ces vidéos jus­te­ment pour vous don­ner de l’in­put com­pré­hen­sible en fran­çais qué­bé­cois et cana­dien.

Si c’est pas assez, venez voir ma page Patreon. Sur Patreon, je crée une vidéo French­pres­so par jour, du lun­di au ven­dre­di, en exclu­si­vi­té pour mes abon­nés French­pres­so et VIP. Je tiens d’ailleurs à remer­cier tous ceux et celles qui m’en­cou­ragent sur Patreon. Mer­ci ! Un gros mer­ci du fond du cœur à mes dix abon­nés VIP : Brid­get, Chris, David, Ellen, Hea­ther, Lin­da, Makín, Maria, Patrice et Paul. Mer­ci, mer­ci, mer­ci !

La réponse à la ques­tion quiz, c’é­tait trois, « appor­ter trop de choses en même temps ». Quel­qu’un qui fait un voyage de lâche, c’est quel­qu’un qui est trop pares­seux pour faire plu­sieurs allers-retours et qui prend trop de choses d’un seul coup pour limi­ter ses dépla­ce­ments.

Fais pas un voyage de lâche, là ! Tu vas te faire mal au dos !

Sou­ve­nez-vous : si vous trou­vez ça dif­fi­cile, apprendre le fran­çais, ou en par­ti­cu­lier le fran­çais qué­bé­cois ou cana­dien, concen­trez-vous sur l’é­coute. Essayez de trou­ver du conte­nu qui vous inté­resse, de l’in­put com­pré­hen­sible. Écou­tez, écou­tez, écou­tez, et ça va venir tout seul !

D’ailleurs, il y a quel­qu’un qui veut vous dire quelque chose.

Lâchez pas. Vous êtes capables d’ap­prendre le qué­bé­cois.

Bon !

Je m’ex­cuse…

Traduction

Fran­çaisEnglish
Si vous essayez d’ap­prendre le fran­çais qué­bé­cois, vous savez que c’est dif­fi­cile, apprendre une langue. Le qué­bé­cois est par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­cile parce que c’est un niveau de langue fami­lier.If you’re trying to learn Que­bec French, you know that lear­ning a lan­guage can be dif­fi­cult. Que­bec French is espe­cial­ly dif­fi­cult because it’s an infor­mal lan­guage regis­ter.
Mais il existe une tech­nique infaillible pour apprendre une langue. Ça s’ap­pelle l’in­put com­pré­hen­sible ! Non seule­ment vous allez apprendre le fran­çais qué­bé­cois faci­le­ment avec cette méthode, mais vous pou­vez apprendre n’im­porte quelle langue !But the­re’s a fool­proof tech­nique you can use to learn a lan­guage. It’s cal­led com­pre­hen­sible input ! Not only will you be able to learn Que­bec French easi­ly with this method, but you can use it to learn any other lan­guage !
Si vous vou­lez apprendre l’es­pa­gnol, c’est pos­sible, aus­si !If you want to learn Spa­nish, it’s also pos­sible !
Si tu veux apprendre le man­da­rin, c’est aus­si pos­sible !If you want to learn Man­da­rin Chi­nese, it’s also pos­sible !
Bien­ve­nue à Qué­bé­cois 101, une série de vidéos pour vous aider à com­prendre le fran­çais qué­bé­cois et cana­dien. Aujourd’­hui, je vous donne le truc magique pour apprendre une nou­velle langue. Ça marche pour le qué­bé­cois, mais ça marche aus­si pour n’im­porte quelle langue que vous vou­lez apprendre.Wel­come to Qué­bé­cois 101, a video series to help you unders­tand Que­bec and Cana­dian French. Today, I’ll share with you the one magic trick to lear­ning a new lan­guage. It works for Que­bec French, but it also works for any other lan­guage that you may wish to learn.
Non, c’est pas une arnaque ! C’est une vraie méthode basée sur des années de recherche.And no, it’s not a scam ! It’s a legi­ti­mate method based on years of scien­ti­fic research.
L’in­put com­pré­hen­sible, c’est quoi ?What is com­pre­hen­sible input ?
Mais c’est quoi, au juste, l’in­put com­pré­hen­sible ?But what exact­ly is com­pre­hen­sible input ?
L’in­put com­pré­hen­sible, c’est une des cinq hypo­thèses de la théo­rie de Ste­phen Kra­shen sur l’ac­qui­si­tion des langues secondes.Com­pre­hen­sible input is one of the five hypo­theses that com­prise Ste­phen Kra­shen’s theo­ry of second lan­guage acqui­si­tion.
Dans les bonnes condi­tions, avec de l’in­put opti­mal, nous sommes tous doués pour l’ac­qui­si­tion des langues. Per­sonne n’est meilleur que les autres.Given the right condi­tions, opti­mal input, we are all gif­ted lan­guage acqui­rers. Nobo­dy is any bet­ter than anyone else.
Il y a plu­sieurs méthodes ou approches d’en­sei­gne­ment qui sont basées sur cette théo­rie.Many tea­ching methods or approaches are based on this theo­ry.
Par exemple, le TPRS :For example, TPRS :
« Je te trouve sym­pa. » Lucas : « Je te trouve sym­pa. » Lucas, tu dis à Lydia : « Je te trouve sym­pa, Lydia. »« I like you. » Lucas : « I like you. » Lucas, you say to Lydia : « I like you, Lydia. »
Il y a le « One Word Images ».The­re’s « One Word Images. »
La licorne est noire, oui ou non ?The uni­corn is black, yes or no ?
Non !No !
La licorne est verte ?The uni­corn is green ?
Non !No !
Et il y a le « Sto­ry Lis­te­ning » !And the­re’s « Sto­ry Lis­te­ning » !
Sophie adore aller au super­mar­ché. Elle va au super­mar­ché tous les jours.Sophie loves going to the super­mar­ket. She goes to the super­mar­ket eve­ry day.
En gros, selon la théo­rie de Kra­shen, si on veut par­ler une langue, il faut écou­ter. C’est ça qui est vrai­ment impor­tant, écou­ter beau­coup. Autre­ment dit, tout ce dont vous avez besoin pour acqué­rir une langue, c’est de l’in­put com­pré­hen­sible, c’est-à-dire écou­ter des mes­sages que vous com­pre­nez.Basi­cal­ly, accor­ding to Kra­shen’s theo­ry, if you want to speak a lan­guage, you have to lis­ten to it. That’s what real­ly mat­ters, lis­te­ning a lot. In other words, all you real­ly need to acquire a lan­guage is com­pre­hen­sible input, that is to say, lis­te­ning to mes­sages you can unders­tand.
Vous avez peut-être remar­qué que j’ai dit « acqué­rir » et non « apprendre ». Pour Kra­shen, c’est deux choses dif­fé­rentes. Apprendre une langue, c’est l’é­tu­dier. C’est quand on mémo­rise du voca­bu­laire, quand on étu­die la gram­maire. Par contre, acqué­rir une langue, c’est un tra­vail incons­cient ou, en fait, c’est au niveau sub­cons­cient. On acquiert une langue sans s’en rendre compte. C’est comme de la magie !You may have noti­ced that I said « acquire » and not « learn. » For Kra­shen, those are two dif­ferent things alto­ge­ther. Lear­ning a lan­guage means to stu­dy it. It’s when you memo­rize voca­bu­la­ry words, when you stu­dy gram­mar. On the other hand, acqui­ring a lan­guage is uncons­cious work, or rather, it takes place in the sub­cons­cious. We acquire lan­guages without being aware of it. It’s like magic !
Il suf­fit d’é­cou­ter des choses qu’on com­prend et qui nous inté­ressent, et le cer­veau, le sub­cons­cient, fait le tra­vail d’ac­qui­si­tion tout seul. D’ailleurs, c’est comme ça que vous avez appris votre langue mater­nelle.All you have to do is lis­ten to things you unders­tand and find inter­es­ting, and your brain, your sub­cons­cious, acquires the lan­guage on its own. And by the way, that’s how you acqui­red your first lan­guage.
Selon la théo­rie du pro­fes­seur Kra­shen, la chose la plus impor­tante, la seule chose qui est vrai­ment néces­saire pour apprendre à par­ler une langue, c’est l’ac­qui­si­tion. Si vous vou­lez, vous pou­vez mémo­ri­ser du voca­bu­laire ou étu­dier la gram­maire. Il y a des per­sonnes qui trouvent ça utile et inté­res­sant. C’est beau ! Mais ce que dit la théo­rie du pro­fes­seur Kra­shen, c’est que c’est pas néces­saire de faire ça. Tout ce qui est impor­tant, tout ce qui compte, c’est l’in­put com­pré­hen­sible.Accor­ding to Pro­fes­sor Kra­shen’s theo­ry, the most impor­tant thing, the only thing that tru­ly mat­ters to learn to speak a lan­guage is acqui­si­tion. If you real­ly want, go ahead and memo­rize word lists or stu­dy gram­mar rules. Some people find that use­ful and inter­es­ting. That’s fine ! But accor­ding to Pro­fes­sor Kra­shen’s theo­ry, you don’t abso­lu­te­ly have to do that. All that’s impor­tant, all that real­ly mat­ters, is com­pre­hen­sible input.
T’es-tu en train de me dire que j’é­tu­die la gram­maire de l’es­pa­gnol pour rien ?Are you tel­ling me I’m stu­dying Spa­nish gram­mar for nothing ?
Eh oui ! Je vous l’a­vais dit que c’é­tait magique !Yep ! I told you it was magic !
Com­ment uti­li­ser l’in­put com­pré­hen­sibleHow to use com­pre­hen­sible input
Main­te­nant que vous savez un peu c’est quoi, l’in­put com­pré­hen­sible, vous vous deman­dez sûre­ment com­ment faire. C’est ce que je vous explique dans toutes mes vidéos Qué­bé­cois 101 !Now that you know a lit­tle about com­pre­hen­sible input, you’re pro­ba­bly won­de­ring what to do with it. That’s what I explain in eve­ry one of my Qué­bé­cois 101 videos !
Étape un : écou­tez du conte­nu en fran­çais qué­bé­cois qui vous inté­resse et que vous trou­vez facile à com­prendre.Step one : lis­ten to Que­bec French content that you find inter­es­ting and easy to unders­tand.
Étape deux : il y a pas d’é­tape deux ! Tout ce que vous avez à faire, c’est d’é­cou­ter du conte­nu inté­res­sant et facile à com­prendre. Beau­coup de conte­nu inté­res­sant et facile à com­prendre.Step two : the­re’s no step two ! All you have to do is lis­ten to content you find inter­es­ting and easy to unders­tand. A lot of inter­es­ting, easy-to-unders­tand content.
Du conte­nu inté­res­sant, c’est n’im­porte quoi que vous trou­vez inté­res­sant ou amu­sant.Inter­es­ting content can be any­thing you find inter­es­ting or enter­tai­ning.
Vous aimez la cui­sine ? Écou­tez des vidéos en qué­bé­cois sur la cui­sine !Do you like cooking ? Watch Que­bec French cooking videos !
Bien impor­tant : quand vous met­tez vos pâtes, res­tez à côté deux minutes le temps qu’elles soient toutes immer­gées sous l’eau et que vous ayez pu bien la remuer.Impor­tant tip : when put­ting the pas­ta to boil, stay with it for two minutes until it’s ful­ly sub­mer­ged in water and you’ve given it a pro­per stir.
Vous aimez rire ? Écou­tez des comé­dies !You like a good laugh ? Watch fun­ny videos !
T’es dégui­sé en quoi, toi ?What are you dres­sed as, exact­ly ?
Ben, en clown !I’m a clown !
Moi aus­si, moi aus­si !Me too, me too !
Oh boy ! C’est mini­ma­liste, votre affaire !Real­ly ! You guys have gone mini­ma­list !
Si vous aimez la musique, écou­tez des chan­sons et lisez les paroles !If you like music, lis­ten to songs and read the lyrics !
Ou pour­quoi pas un bon film ou une bonne série télé ?Or how about a good movie or TV series ?
Pis j’ai­me­rais vrai­ment ça t’in­vi­ter à sou­per, un soir. Heille, c’est même pas obli­gé d’être tout de suite, là. Ça peut être dans quelques semaines, si tu veux.And I’d real­ly like to take you out to din­ner one night. Look, it doesn’t have to be right away. It could be in a couple of weeks, if you like.
Il y a même des jeux vidéo qui sont dis­po­nibles en fran­çais qué­bé­cois.There are even a few video­games that are avai­lable in Que­bec French.
Tant qu’à vivre à mes dépens, mon Ti-Jos, aus­si bien te rendre utile. Fais-le fuir. Pen­dant ce temps-là, je vais faire chauf­fer du thé pour la sœur.If you’re gon­na live at my expense, Ti-Jos, might as well make your­self use­ful. Scare it away. While you do that, I’ll brew some tea for our sis­ter.
Ça peut aus­si être des vidéos You­Tube, bien sûr. Comme une cer­taine chaîne You­Tube que vous connais­sez peut-être ?It could also be You­Tube videos, of course. Such as a cer­tain You­Tube chan­nel you might alrea­dy know ?
Mais qu’est-ce que ça veut dire, exac­te­ment, « facile à com­prendre » ? Le conte­nu idéal pour apprendre, c’est du conte­nu que vous com­pre­nez assez bien, mais qui est juste un petit peu dif­fi­cile pour vous. Si vous arri­vez à com­prendre assez bien mais que vous com­pre­nez pas abso­lu­ment tout, ça veut dire que c’est idéal. Ça veut dire que vous allez apprendre des petites choses.But what do I mean, exact­ly, by « easy to unders­tand » ? The ideal content to help you learn is content that you unders­tand fair­ly well, but that you find just a lit­tle bit dif­fi­cult. If you can unders­tand it fair­ly well, but you can’t unders­tand abso­lu­te­ly eve­ry­thing, that makes it ideal content for lear­ning. It means you’ll learn a few lit­tle things.
QuizQuiz
C’est le temps pour une petite ques­tion quiz !It’s time for a short quiz !
Qu’est-ce que ça veut dire, « faire un voyage de lâche » ?What does « faire un voyage de lâche » mean ?
Est-ce que ça veut dire :Does it mean :
Un : « se sau­ver dis­crè­te­ment » ?One, « to get away dis­creet­ly » ?
Deux : « res­ter chez soi pen­dant les vacances » ?Two, « to stay at home for a vaca­tion » ?
Trois : « appor­ter trop de choses en même temps » ?Three, « to car­ry too many things at once » ?
La réponse à la fin de la vidéo !I’ll give you the ans­wer at the end of this video !
Le filtre affec­tifThe affec­tive fil­ter
Mais si ça prend juste de l’in­put com­pré­hen­sible pour apprendre une langue, com­ment ça se fait que cer­taines per­sonnes arrivent jamais à par­ler ? C’est à cause d’un phé­no­mène que le pro­fes­seur Kra­shen appelle le filtre affec­tif.But if com­pre­hen­sible input is all you need to learn a lan­guage, why is it that some people never manage to speak ? That’s cau­sed by an issue that Pro­fes­sor Kra­shen calls the affec­tive fil­ter.
Vous allez jamais réus­sir à par­ler le fran­çais qué­bé­cois !You’ll never manage to speak Que­bec French !
Le filtre affec­tif, c’est les émo­tions qui vous empêchent d’ac­qué­rir une langue. Selon le pro­fes­seur Kra­shen, votre capa­ci­té à apprendre une langue va être limi­tée si vous res­sen­tez des émo­tions néga­tives asso­ciées à votre appren­tis­sage. Le filtre affec­tif, c’est la petite voix désa­gréable qui vous dit que vous pou­vez pas réus­sir.The affec­tive fil­ter is all the emo­tions that block you from acqui­ring a lan­guage. Accor­ding to Pro­fes­sor Kra­shen, your lan­guage-lear­ning capa­bi­li­ties will be limi­ted if you’re expe­rien­cing nega­tive emo­tions rela­ted to your lan­guage lear­ning. The affec­tive fil­ter is that nag­ging lit­tle voice that says you can’t suc­ceed.
Si tu fais une erreur, tout le monde va rire de toi !If you make a mis­take, eve­ryone will laugh at you !
T’es-tu sûre que tu conjugues tes verbes comme il faut ?Are you sure you’re conju­ga­ting your verbs pro­per­ly ?
C’est pour ça que c’est impor­tant d’é­cou­ter du conte­nu qui vous inté­resse. Ça fait bais­ser le filtre affec­tif. Si vous êtes moti­vé et que vous avez du « fun » à apprendre, ça, c’est un aspect posi­tif qui va aider votre appren­tis­sage.That’s why it’s impor­tant to lis­ten to content you find inter­es­ting. It helps lower the affec­tive fil­ter. If you’re fee­ling moti­va­ted and are having fun lear­ning, that’s a posi­tive aspect that will bol­ster your lear­ning.
T’es clai­re­ment pas assez intel­li­gente pour apprendre une nou­velle langue !You’re clear­ly not smart enough to learn a new lan­guage !
Chut ! Tu vois bien que j’é­coute un film !Shush ! Can’t you see I’m wat­ching a movie !
Mais…But…
Si vous avez de la dif­fi­cul­té à apprendre une langue, concen­trez-vous sur l’é­coute de choses agréables et inté­res­santes. Si vous avez du plai­sir à écou­ter quelque chose, vous allez apprendre sans vous en rendre compte. C’est pour ça que j’es­saie de vous diver­tir pen­dant que vous appre­nez !If you’re having a hard time lear­ning a lan­guage, focus on lis­te­ning to things you find enjoyable and inter­es­ting. If you enjoy lis­te­ning to some­thing, you’ll learn without even rea­li­zing it. That’s why I always try and enter­tain you while you learn !
Trucs You­TubeYou­Tube tips
Bien sûr, vous pou­vez uti­li­ser n’im­porte quelle sorte d’in­put com­pré­hen­sible pour apprendre. Mais You­Tube offre quelques avan­tages de plus.Obvious­ly, you can use any kind of com­pre­hen­sible input in your lear­ning. But You­Tube offers a few addi­tio­nal bene­fits.
Si vous trou­vez une vidéo trop rapide, vous pou­vez la ralen­tir. Cli­quez sur la petite roue en bas à droite de la vidéo, et cli­quez sur « Play­back speed ». Vous pou­vez ralen­tir une vidéo si vous la trou­vez trop rapide.If a video is too fast for you, you can slow it down. Click on the lit­tle gear at the bot­tom right of the video, and select « Play­back speed. » You can slow down a video if you think it’s too fast.
Les sous-titres aident énor­mé­ment, aus­si. Pour com­men­cer, essayez d’é­cou­ter la vidéo sans les sous-titres et essayez de com­prendre. Ensuite, si vous com­pre­nez pas tout, met­tez les sous-titres en fran­çais et réécou­tez la vidéo pour voir si vous com­pre­nez mieux. Fina­le­ment, s’il y a encore des choses que vous com­pre­nez pas, met­tez les sous-titres en anglais. Ça va vous per­mettre de tout com­prendre et même d’ap­prendre des nou­veaux mots de voca­bu­laire.Sub­titles can help a lot, too. To begin with, try and watch the video without sub­titles, and see if you can unders­tand. Then, if you can’t unders­tand eve­ry­thing, turn on French cap­tions and watch the video again to see if you unders­tand more of it. Last­ly, if there are still some things you can’t unders­tand, turn on English sub­titles. They will enable you to unders­tand eve­ry­thing, and even learn a few new words.
Une chose qui aide, aus­si, c’est de regar­der la trans­crip­tion. Cli­quez sur les trois petits points en bas à droite de la vidéo, et cli­quez sur « Open trans­cript ». Vous pou­vez ouvrir la trans­crip­tion dans une langue et avoir les sous-titres dans l’autre langue, et ça va avan­cer en même temps. C’est magique !Ano­ther thing you can do is check out the trans­cript. Click on the three lit­tle dots at the bot­tom right of the video, and select « Open trans­cript. » You can open the trans­cript in one lan­guage and set the sub­titles to the other lan­guage, and both will pro­gress at the same time. It’s like magic !
Conclu­sionWrap-up
J’es­père que vous avez trou­vé cette vidéo inté­res­sante et com­pré­hen­sible ! Si vous avez aimé cette vidéo, cli­quez sur « j’aime ». Ça va aider d’autres per­sonnes à décou­vrir mes vidéos.I hope you found this video inter­es­ting and com­pre­hen­sible ! If you enjoyed this video, please give it a Like. It will help other vie­wers dis­co­ver my videos.
L’in­put com­pré­hen­sible, c’est vrai­ment la manière la plus effi­cace et la plus amu­sante pour apprendre une langue. Trou­vez des vidéos sur des sujets qui vous inté­ressent et regar­dez les sous-titres, au besoin, et relaxez ! Ça va venir tout seul.Com­pre­hen­sible input is tru­ly the most effi­cient and plea­sant way to learn a lan­guage. Look for videos on topics that inter­est you, turn on sub­titles, if nee­ded, and relax ! Lear­ning will hap­pen auto­ma­ti­cal­ly.
Si vous regar­dez sur ma chaîne You­Tube, vous allez trou­ver des tonnes de vidéos en fran­çais plus facile à com­prendre. Je crée ces vidéos jus­te­ment pour vous don­ner de l’in­put com­pré­hen­sible en fran­çais qué­bé­cois et cana­dien.If you check out my You­Tube chan­nel, you’ll find tons of videos in easier-to-unders­tand French. I create these videos pre­ci­se­ly to give you com­pre­hen­sible input in Que­bec and Cana­dian French.
Si c’est pas assez, venez voir ma page Patreon. Sur Patreon, je crée une vidéo French­pres­so par jour, du lun­di au ven­dre­di, en exclu­si­vi­té pour mes abon­nés French­pres­so et VIP. Je tiens d’ailleurs à remer­cier tous ceux et celles qui m’en­cou­ragent sur Patreon. Mer­ci ! Un gros mer­ci du fond du cœur à mes dix abon­nés VIP : Brid­get, Chris, David, Ellen, Hea­ther, Lin­da, Makín, Maria, Patrice et Paul. Mer­ci, mer­ci, mer­ci !And if that’s not enough, check out my Patreon. On Patreon, I publish one video a day, Mon­day to Fri­day, exclu­si­ve­ly for my French­pres­so and VIP patrons. Spea­king of which, I want to thank eve­ryone who sup­ports me through Patreon. Thank you ! Huge thanks from the bot­tom of my heart to my ten VIP patrons : Brid­get, Chris, David, Ellen, Hea­ther, Lin­da, Makín, Maria, Patrice, and Paul. Thank you, thank you, thank you !
La réponse à la ques­tion quiz, c’é­tait trois, « appor­ter trop de choses en même temps ». Quel­qu’un qui fait un voyage de lâche, c’est quel­qu’un qui est trop pares­seux pour faire plu­sieurs allers-retours et qui prend trop de choses d’un seul coup pour limi­ter ses dépla­ce­ments.The ans­wer to the quiz was three, « to bring too many things at once. » When someone does a « voyage de lâche, » it means they’re too lazy to make many return trips, so they grab too many things at once to spare them­selves the trouble.
Fais pas un voyage de lâche, là ! Tu vas te faire mal au dos !C’mon, don’t car­ry so many things at once ! You’re gon­na hurt your back !
Sou­ve­nez-vous : si vous trou­vez ça dif­fi­cile, apprendre le fran­çais, ou en par­ti­cu­lier le fran­çais qué­bé­cois ou cana­dien, concen­trez-vous sur l’é­coute. Essayez de trou­ver du conte­nu qui vous inté­resse, de l’in­put com­pré­hen­sible. Écou­tez, écou­tez, écou­tez, et ça va venir tout seul !Remem­ber : if you’re having a hard time lear­ning French, or espe­cial­ly Que­bec or Cana­dian French, focus on lis­te­ning. Look for content you find inter­es­ting, for com­pre­hen­sible input. Lis­ten, lis­ten, lis­ten, and you’ll learn without rea­li­zing it !
D’ailleurs, il y a quel­qu’un qui veut vous dire quelque chose.Spea­king of which, someone here wants to tell you some­thing.
Lâchez pas. Vous êtes capables d’ap­prendre le qué­bé­cois.Hang in there. You can total­ly learn Que­bec French.
Bon !There you go !
Je m’ex­cuse…I apo­lo­gize…

Sous-titres optionnels

Hélène Cormier

Je m’appelle Hélène, je suis prof de français et je voyage beaucoup. Je fais ces vidéos dans le but d'aider ceux et celles qui apprennent le français. J'espère que vous trouverez mes vidéos intéressantes et qu'elles vous permettront d'améliorer votre compréhension orale dans le plaisir !

Tous les articles

Commentez

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Je m’appelle Hélène, je suis prof de français et je voyage beaucoup. Je fais ces vidéos dans le but d'aider ceux et celles qui apprennent le français. J'espère que vous trouverez mes vidéos intéressantes et qu'elles vous permettront d'améliorer votre compréhension orale dans le plaisir !

Infolettre



Livre de recettes du Québec gratuit!
Free Quebec Cookbook!

Abonnez-vous à notre infolettre et obtenez gratuitement un livre en format PDF de 5 recettes du Québec en français et en anglais!

Subscribe to our newsletter and receive a free PDF ebook with 5 Quebec recipes in French and English!

Nous ne partagerons jamais votre adresse courriel avec quiconque.
We will never share your email with anyone.